Actualités
Des histoires
Cathédrale Saint-Jean
Gare St-Paul
Palais de Justice
Palais de Justice (1/3)
Palais de Justice (2/3)
Palais de Justice (3/3)
1er et 2ème épisodes
3ème et 4ème épisodes
5ème et 6ème épisodes
7ème et 8ème épisodes
9ème et 10ème épisodes
Depuis 2013...
Musées Gadagne
50 ans du secteur sauvegardé

 

 

 

 

 

> Patrimoine > Palais de Justice > Cinquième et sixième épisodes



Feuilleton : la restauration du Palais de Justice historique

Cinquième épisode
Le chantier a débuté il y a déjà un an et demi, il ne reste donc plus que six mois pour en terminer la première phase correspondant à la moitié nord de l’édifice.

(extrait de notre journal n°133 - février 2010)

Après la légère surélévation du comble de l’aile nord, le long de la rue du Palais de Justice, la couverture a été posée, les façades en pierre ont été nettoyées par gommage, puis rejointoyées, les fenêtres en bois sur rue ont été restaurées et repeintes d’un ton gris moyen, tandis que les grandes baies des galeries sur cour ont été dotées de châssis métalliques laqués d’un ton gris plus soutenu. Le cloisonnement du nouveau comble a permis de créer des bureaux bien éclairés par de belles fenêtres donnant au sud. Enfin, après passage de tous les réseaux techniques, les finitions ont pu être réalisées dans les étages : boiseries, peintures, revêtements de sol et parquets. Celles du rez-de-chaussée sont en cours.
Ensuite, ce fut le tour de l’aile nord-ouest (ancienne prison, angle rue du Palais - rue Saint Jean), dont la cour avait été débarrassée des deux bâtiments parasites à deux niveaux, construits en béton armé dans les années 60, et de l’aile transversale entre cette cour nord-ouest et la cour centrale. Leurs façades et leurs toitures sont terminées et les locaux qu’ils abritent sont en cours de finitions. La partie interne du chemin de ronde qui séparait autrefois palais et prison, détruite lors de la construction des bâtiments ajoutés, a été rétablie avec sa clôture de grilles sur muret de pierre, et la cour a retrouvé son dallage d’origine. Les grandes grilles sur rue ont été déposées, réparées puis reposées.
Aujourd’hui la dernière partie des façades et des toitures de la première tranche des travaux a débuté, il s’agit de la partie centrale de l’aile ouest, située le long de la rue Saint-Jean (porche d’entrée), et de la façade principale sur le quai Romain Rolland. Cette dernière sera entièrement terminée dans cette première phase des travaux afin d’assurer une unité de teinte à cette majestueuse colonnade, image du Palais de Justice pour toute la ville.
Au rez-de-chaussée, les travaux de la future salle d’exposition du Département du Rhône sont en cours. Il s’agit de l’ancienne chapelle de la prison, située derrière le porche ouest et devenue, par la suite, salle d’audience. Ses structures de pierre ont été gommées, ses enduits refaits et son dallage de pierre réparé.
Au premier étage, la grande salle d’audience E est en cours de finitions. Les restaurations de son magnifique plafond à caissons de bois, de ses fenêtres hautes et de ses décors de faux marbres du registre supérieur étant terminées, l’échafaudage a été démonté, permettant d’aborder les travaux de restauration de la partie inférieure (parquet, prétoire, boiseries…). Le mobilier de son prétoire ne sera toutefois pas définitif, car un agencement provisoire permettra d’utiliser cette salle pour les assises durant deux ans, le temps que la salle d’assises actuelle soit elle-même restaurée. Les décors des deux salles d’audience latérales D et F sont également presque terminés, tout comme leurs sols (parquets et marbres). Leurs prétoires vont bientôt être reposés.
Pour anticiper les travaux de la seconde phase du chantier (moitié sud du Palais), le dallage de la salle des pas perdus a été déposé, pour passage des réseaux électriques, et restauré en juin et juillet derniers, ces travaux seront poursuivis cet été.
Du point de vue des équipements techniques :

  • Les trois cages d’ascenseur de cette première phase sont, bien entendu, terminées.
  • La nouvelle chaufferie au gaz de la Cour d’Appel, située au-dessus du péristyle, est réalisée, équipée et fonctionne. Celle du Département, située au sous-sol de l’aile Ouest de l’ancienne prison, va pouvoir également être mise en route pour le préchauffage des locaux durant ces mois d’hiver.
  • Le local de production d’eau glacée, situé sous l’escalier d’honneur du quai, est équipé.
  • Le transformateur électrique de la cour d’appel (qui a pu prendre la place de celui supprimé par EDF rue du Palais) est terminé.
  • Le cuvelage des sous-sols inondables a été réalisé.

Que va-t-il se passer avant le 7 juillet prochain, date fixée pour le début du déménagement du sud vers le nord des services de la Cour d’Appel ?
Bien entendu, la fin des travaux de finitions des locaux, notamment au rez-de-chaussée de l’édifice et dans ses escaliers et ses couloirs.
Pour permettre la pose des dallages extérieurs et pour préparer la seconde phase des travaux, la grue sera démontée dès mi-avril pour être immédiatement remontée dans la cour sud-est. Ses fondations devront donc avoir été réalisées préalablement, au mois de mars. La base vie du chantier sera modifiée afin d’inverser ses dispositions, l’aire de livraison passant du nord au sud et les bungalows du sud au nord. L’escalier d’accès à la passerelle sera retourné. L’emprise du chantier, côté nord, sera réduite pour libérer l’entrée des nouveaux locaux de la Cour d’Appel, à l’extrémité nord de la grande galerie située sous le péristyle.
Enfin, durant le mois de juillet, des travaux de voirie seront effectués par le Grand Lyon pour modifier le tracé de la rue de la Bombarde dont la voie de circulation sera déplacée vers le sud, pour permettre, à terme, l’accès aux cours intérieures du fourgon pénitentiaire.

Denis Eyraud

Sixième épisode
où Justice et Force retrouvent leur forme intégrale

(extrait de notre journal n°134 - juillet 2010)

Du 5 au 19 juillet 2010, les services de la Cour d’Appel et de la Cour d’Assises de Lyon, maintenus durant les deux premières années de travaux dans la moitié Sud du bâtiment, vont s’installer dans la moitié Nord, terminée. La nouvelle entrée des services, située au 1 rue du Palais de Justice, aura été mise en service, ainsi que la moitié Nord de la grande galerie d’accès située sous le péristyle.
La façade principale, entièrement restaurée, sera libérée de ses échafaudages au même moment, tout comme la partie centrale de la façade arrière rue Saint-Jean. Au milieu de celle-ci, se trouvaient deux statues très détériorées par les intempéries et les fientes de pigeons, l’une symbolisant la Justice, l’autre la Force. Ces deux statues ont été complètement restaurées, les parties manquantes ont été re-sculptées et greffées. Ce sont quelques étapes du travail effectué sur ces sculptures que nous choisissons aujourd’hui de montrer en images, ce travail résumant et symbolisant, en quelque sorte, la résurrection de l’ensemble du Palais.
Le second acte des travaux, correspondant à la moitié Sud de l’édifice, démarre dès le mois de juillet. Il comprendra la salle des pas perdus et la salle d’assises. L’accès du public aux salles d’audience se fera toujours par l’escalier et par la passerelle situés dans l’axe du bâtiment, en façade principale (quai Romain Rolland), mais un couloir-tunnel clos permettra de franchir en toute sécurité la salle des pas perdus pour atteindre les trois salles d’audience entièrement restaurées, la plus grande étant provisoirementaménagée pour accueillir les procès d’assises.
Fin de l’acte I, début de l’acte II, un acte prévu pour durer, lui aussi, deux années.
De quoi nourrir notre Feuilleton avec de nouveaux épisodes...

Denis Eyraud


Hommage à Edmond Locard
Sans attendre la fin de la première phase des travaux de restauration du Palais de Justice historique, une plaque a été solennellement inaugurée (et provisoirement installée sur la grille de l’ancien chemin de ronde, avant d’être définitivement fixée sur le mur de l’édifice), le 8 avril dernier, pour rappeler aux passants la mémoire du docteur Edmond Locard (1877 – 1966).
Cet éminent médecin légiste, élève de Lacassagne, est considéré comme un des pionniers de la police scientifique. Il en a, du reste, créé le premier laboratoire (en 1910) dans les combles de ce palais et lui a consacré toute sa vie, rédigeant un imposant Traité en sept volumes toujours en usage aujourd’hui.
La cérémonie s’est déroulée en présence des plus hautes autorités locales (représentant la Justice, la Ville de Lyon, le Département du Rhône, l’État) et, surtout, de la fille du célèbre médecin, qui a pris plaisir à évoquer de très vivants (parfois croustillants) souvenirs gardés des visites qu’elle rendait ici à son père.
Sous le titre en clin d’oeil d’Empreintes d’Edmond Locard, les archives municipales inauguraient, le même jour, une très intéressante exposition sur cet éminent Lyonnais, qui n’avait pas que la police scientifique en tête et se passionnait aussi pour la musique ou pour le théâtre de Guignol. Cette exposition est visible jusqu’au 14 juillet. Elle ne peut qu’attirer ceux qui désirent approfondir leurs connaissances sur l’histoire de la police scientifique : par exemple, sur la dactyloscopie, voie ouverte par Bertillon et qu’Edmond Locard mit en pratique pour conduire ses toutes premières enquêtes.

> Patrimoine > Palais de Justice > Cinquième et sixième épisodes


Contacts | Mentions Légales & Credits | English version