Journal RVL n° 113 - février 2003


Sommaire


❏ L’édito p. 1
L'édito de Yves Neyrolles, vice-président  :
Le Vieux-Lyon et la Casbah

  • L’OPAH Saône Rive Droite, bilan de 3 ans + 1
  • 3 place du Change, vicissitudes d’un chantier (restauration)
  • Réapprendre les savoir-faire : un nouveau chantier
  • Pourquoi un atelier du patrimoine
  • Fouilles archéologiques du parking place Benoît Crépu, état des lieux
  • Dommage(s), la nouvelle place Valensio (aménagement)
  • N’oublions pas Monseigneur Lavarenne…Enfin son buste (statue en bronze)
  • Des ZAC qui ne sont pas …Sans souci ! (Château Sans-Souci)
  • Le théâtre des Asphodèles et renaissance dans le 1er (restaurations)
  • La RVL a tenu son assemblée générale aux Archives Municipales
  • Journée d’études annuelle « Lyon métropole nationale et internationale »
  • Bureau et conseil d’administration de la RVL

Édito


Le Vieux-Lyon et la Casbah

Depuis bientôt deux ans, la RVL et France Algérie Rhône-Alpes (FARA) développent une relation avec deux associations algéroises pour la sauvegarde et la restauration de la Casbah : l'Association des propriétaires d'Immeubles de la Casbah (APIC) et la Fondation Casbah.

Des rencontres ont eu lieu de part et d'autre de la Méditerranée : en avril 2001, une délégation commune RVL/FARA était accueillie à Alger ; en juin 2002, nous avons reçu nos amis de la Casbah.

De ces rencontres, soutenues et aidées par les autorités locales là-bas et ici (Willaya d'Alger, Ville de Lyon, Conseil Général du Rhône), est né le projet ambitieux de concrétiser nos liens d'amitié et de respect mutuels par la réalisation d'un chantier-école permettant, à partir du travail sur une maison de la Casbah, d'échanger les savoir-faire et d'aider à la formation d'une main-d'œuvre ayant la plus grande qualification pour résoudre les problèmes spécifiques liés aux travaux de restauration dans la Casbah.

C'est évidemment un vaste et difficile pari que nous tentons là. Un tel projet a besoin de pouvoir se développer dans le temps, même si les problèmes que pose la Casbah appellent souvent des solutions d'urgence. Il a aussi besoin d'être vigoureusement aidé par les pouvoirs publics de nos deux pays.

L'exemplarité de sa réussite - que nous espérons - fera école à son tour et suscitera d'autres initiatives pour parvenir à sauver définitivement un quartier chargé d'histoire, certes inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, mais en grand péril, et lui faire connaître le sort heureux dont le Vieux-Lyon a bénéficié au cours des quarante dernières années.


Yves Neyrolles

Vice-Président de la Renaissance du Vieux-Lyon