Journal RVL n° 112 - novembre 2002


Sommaire


❏ L’édito p. 1
L'édito de Élisabeth Blanc-Bernard, vice-présidente  :
Trop de lumières... nuit !

  • L’église Saint Paul : une restauration fusionnelle
  • 7 Questions à Pascal Duméril maître d’œuvre auprès de M. Repellin,
  • Architecte en chef des monuments historiques
  • Des nouvelles conventions : des cours ouvertes toute la journée
  • Cours ouvertes au public, en travaux
  • L’aide à la valorisation du patrimoine architectural (O.P.A.H)
  • Métiers d’art toujours présents
  • L’office du tourisme est reparti du Vieux-Lyon
  • La maison des avocats va quitter le Vieux-Lyon
  • Patrimoine et décentralisation (loi de décentralisation)
  • Un coup de cœur pour « le clos Saint Benoît » (restauration)
  • Prix du patrimoine du Conseil Général et trophées du tourisme
  • Ce fut…Jacques de Place
  • Journées Européennes du Patrimoine 2002 : un grand cru
  • La RVL se dote d’un site web
  • Loisirs : Noël à Fourvière, Grandes conférences de Lyon
  • Conférences : Lyon au prise avec ses fleuves et Mulhouse en Suisse  

Édito


Trop de lumières... nuit !

Nous allons bientôt fêter le 8 décembre et l'anniversaire de l'inscription du Site Historique au Patrimoine Mondial de l'Unesco, beaucoup de raisons pour s'interroger sur le rôle et l'emploi de la lumière dans notre ville (savez-vous que le ciel nocturne a, lui aussi, été reconnu Patrimoine Mondial de l'Unesco ?). Certes, l'amour de Lyon pour la lumière ne date pas d'hier et notre "Plan Lumière" est une réussite incontestable, exportée dans plusieurs villes du monde. Mais la lumière a aussi ses effets négatifs. A l'époque où l'on nous demande à tous des efforts d'économie d'énergie, quel est l'intérêt réel de certains dispositifs lumineux, peut-on raisonnablement penser que les clients de certains établissements nocturnes se guident aux projecteurs de ceux-ci ? la publicité aux néons de couleurs criardes sur les toits des immeubles des quais a-t-elle une réelle efficacité ? à quoi sert le faisceau laser qui tourne au-dessus de nos têtes plusieurs nuits dans la semaine ? en voiture, qui n'a jamais été ébloui, les jours de pluie, par les enseignes lumineuses ?

Cet envahissement lumineux fait que nous vivons le soir et la nuit dans une sorte de brouillard où plus rien ne se distingue avec netteté. Rappelons-nous que la lumière ne vaut que par le contraste qu'elle forme avec l'ombre.

De plus, en dehors de l'éblouissement et la pollution visuelle et esthétique, cet excès d'éclairage provoque de graves désordres sur les oiseaux, notre ciel n'est plus jamais noir et il devient impossible de regarder les étoiles. Déjà, en 1984, Hubert Reeves et le Commandant Cousteau disaient : "La vie sur terre est réglée par l'alternance du jour et de la nuit, or, en quelques dizaines d'années, cet équilibre naturel a été rompu par la prolifération anarchique d'un éclairage urbain trop agressif et mal réparti. Il est urgent d'arrêter ces nuisances".

Des règlements existent, en particulier dans le Secteur Sauvegardé où, par exemple, les enseignes lumineuses et la publicité sont interdites, alors respectons-les, mais le 8 décembre, n'oublions pas d'allumer nos lampions !


Élisabeth Blanc-Bernard

Vice-Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon