Bulletin RVL n° 013 - avril 1970


Sommaire


❏ L’édito p. 2
L'édito de Paul Gérardin , Président :
À venir  

  • Enquête sur la circulation dans le Vieux-Lyon, enquête sur le bruit
  • Les associations du Vieux-Lyon contre l’extension du palais de justice à la place de l’îlot 21

Édito


À venir  



Paul Gérardin

Président de la Renaissance du Vieux-Lyon


Bulletin de liaison RVL n° 13-1, 1er trimestre 1970

En route pour 1970

A vous tous, amis la R.V.L., nos vœux bien sincères pour vous et vos familles. Vœux aussi notre chère association. Qu'en 1970 elle poursuive l'impulsion que lui a donnée son équipe d'animateurs, et en particulier notre Président J.J. Brun. Bien que notre ami ait désiré se démettre de ses fonctions, cette année, nous avons l’espoir qu'il continuera dans certains domaines à nous aider, en particulier pour la préparation du "Mai".
En ce début d'activités annuelles, je laisse le soin aux responsables de commission de vous donner les grandes lignes de nos travaux et de nos projets,
Je voudrais surtout mettre l'accent sur I’esprit dans lequel nous devons poursuivre notre action. Celle-ci a été largement appréciée par les autorités et par la population, parce que reposant sur la confiance et l'estime de tous. Il nous semble nécessaire de la poursuivre et de l’approfondir dans cette voie, en particulier auprès des habitants et des commerçants : répondre à leurs problèmes, les comprendre et les aider. Nous avons déjà provoqué des réunions communes et nous devons poursuivre cette tache de compréhension et d’entente. Cela partie de notre devoir d'animation.
Aussi, je fais appel à nos adhérents, même ceux qui n’habitent pas dans le Vieux-Lyon de nous aider dans cette voie. La RVL doit être une amitié entre membres bien sûr, mais aussi dans ce milieu privilégié que sont nos quartiers anciens.
Bien entendu, animation ne veut pas dire désordre et chahuts de nuit. C'est un de ces problèmes qui préoccupe beaucoup d'entre nous et pour lequel, comme pour les autres, nous avons besoin de votre appui, de votre aide, de votre amitié...
Pour que vive la RVL en 1970.

Paul Gérardin , Président RVL


Bulletin de liaison RVL n° 13-2, 4e trimestre 1970

Propos de rentrée

A suite de ces multiples activités de cette année, la pause des vacances a été salutaire. Elle nous a permis de faire le point, de repenser les problèmes, de juger de nos réussites comme de nos difficultés.
Si nous sommes en effet satisfaits clans certains domaines, notre optimisme ne doit pas étouffer notre sens critique, car nous aurions pu faire mieux et beaucoup reste à accomplir.
Ainsi groupons-nous un grand nombre d'adhérents et de sympathisants mais trouvons-nous à chacun de nos appels, lors de nos manifestations, le nombre suffisant de gens dévoués, de militants prêts à nous aider sans réserve... ?
Ainsi les autorités locales font-elles preuve d'une grande sympathie à notre cause et nous accueillent toujours avec bienveillance. Mais à la suite des promesses enregistrées, combien de fois les réalisations ne suivent pas… et nous devons réitérer avant d'aboutir ?
Ainsi pourquoi sommes-nous obligés de réclamer pour que s'accomplissent de simples mesures de protection ou de sauvegarde pour aboutir parfois à des solutions bâtardes ou même laides ?
Ainsi, sur un plan plus élevé, malgré encore la bonne volonté de certains grands chefs de l'administration, combien de questions restent en suspens. Et les simples citoyens que nous sommes devant penser à ces problèmes en plus de leurs soucis professionnels, n’ont-ils pas tendance parfois au découragement en face de toutes ces lenteurs, de toutes ces faiblesses ?
Et cependant I’intérêt que présente le Vieux-Lyon ne fait que croitre. Cet été, plus de 8 000 visiteurs de tous pays l'ont admiré en visites organisées avec le syndicat d'initiative. Remarquons, en plus des hollandais, belges, anglais, allemands et français, un nombre croissant d’italiens et d'américains.
Cela nous prouve bien que notre tâche n’est pas chimérique. Notre action mérite plus que de simples encouragements et de belles promesses. Nous devons nous y consacrer sans l’arrière-pensée d’avantages personnels, sans nous faire remarquer par une propagande particulière. Seule compte la cause que nous défendons. Nous ne sommes que des moyens. Notre vie est courte et de peu valeur. Par contre notre Cité, elle, a su défier le temps. Et ce message qu'elle nous transmet ne nous donne-t-il pas une leçon de ferveur et d'humilité ?

Paul Gérardin , Président RVL