Journal RVL n° 116 - février 2004


Sommaire



❏ L’édito    p. 1 et 2 
L'édito d'Yves Neyrolles, Président :
Poursuivons

❏ Patrimoine : p. 1 à 5 
• La Saône, hier, aujourd'hui, demain, rêves et réalité 
• Aide à la valorisation du patrimoine architectural sur la rive droite de la Saône
• Le cycloscope de Soufflot... suite
• La maison de Guillaume du Choul
• Le plus grand trompe l'œil du monde à la Sarra

❏ Portrait : p. 6
• Théodore Levigne, peintre lyonnais

❏ Entre-nous : p. 7
• Assemblée générale
• Cotisation et annuaire des adhérents

❏ Vie des quartiers : p. 8 

❏ A lire : p. 8 



Programme de l'année et Journée d'études : feuillet à part

Conseil d'administration et bureau : feuillet à part

Édito : 


Poursuivons

Le dernier CA. de la RVL a bien voulu me faire confiance pour présider aux destinées de l'association pour les trois années à venir.

La RVL a déjà une longue et riche histoire. Contribuer à en écrire une nouvelle page sera pour moi un honneur et aussi, je l'espère, une joie.

Je suis venu habiter dans le Vieux-Lyon en février 1975. Depuis, je m'y promène souvent avec mes "Nikon" et je tente de poursuivre le portrait changeant de ce quartier. Un certain nombre de mes photos ont illustré les colonnes de notre Journal, et parfois un dossier spécifique qu'il [allait monter en urgence pour accompagner une "action" (je perl>e au 'sauvetage" de la belle maison du 5 rue Jean Carriès, mais aussi au "mur de la honte" qui prétendait barrer un des accès à la cour des Voraces, sur les pentes de la Croix Rousse).

Ma nouvelle responsabilité m'engage plus encore à plaider en faveur d'un quartier, certes en grande partie restauré, splendide, vivant, mais justement peut-être victime ici et là du succès de sa magnifique réhabilitation : l'argent que certains veulent gagner vite et en grande quantité fiait, par exemple, que les règles de bonne entente entre tous les "acteurs" intervenant dans ce "décor" exceptionnel ne sont pas toujours respectées. On déborde des limites spatiales autorisées pour les terrasses, pendant la belle saison (qui commence ici dès les premiers jours d'avril pour s'achever à la toute fin d'octobre).

On déborde aussi des limites du temps imparti pour le développement de telle ou telle activité nocturne. On déborde enfin des limites du niveau sonore autorisé, tenant pour négligeable, face au tiroir-caisse, le nécessaire repos des habitants.

J'aurai à cœur de continuer à faire entendre notre invitation au respect de toutes les règles "d'urbanité" dans un quartier vivant et animé (le bruit permanent, la saleté, le stationnement dangereux seraient-ils l'expression obligée de la vie et de l'animation

Je m'efforcerai de multiplier les contacts et de poursuivre le nécessaire dialogue entre tous ceux qui se croisent dans le Vieux-Lyon, afin de préserver pour ce quartier la qualité de vie qu'il mérite.

La RVL poursuivra aussi son rôle de force de proposition auprès de nos élus pour les inviter à faire les investissements nécessaires au développement équilibré d'un quartier dont la vocation touristique (évidente) ne doit pas masquer les préoccupations quotidiennes de ses habitants.

Relisant ce qui précède, je découvre que nombre de phrases correspondent à des vœux. Mais n'en est-ce pas la saison ?

Meilleurs vœux donc, à tous !

Que le Vieux-Lyon rayonne et nous donne 'le luxe et la beauté" qu'évoquait le poète, qui avait su y ajouter "l'ordre et le calme' pour que "L'invitation au voyage" - et au rêve - soit réellement complète.


Yves Neyrolles
Président de la Renaissance du Vieux-Lyon