Journal RVL n° 129 - juin 2008


Sommaire



❏ L’édito    p. 2  
de Pierre-Edmond Desvignes, Président :
A quoi servent les études ?

❏ Dossier Patrimoine : p. 1 à 8
• À Saint-Jean et autour de la Cathédrale : l'or d'autrefois comme richesse d'aujourd'hui
• Le projet vieuxlyon.org et la rVL : descriptif et mode d'emploi
• « riches heures » et « points noirs » : de nouvelles conventions d'ouverture de jour… une couche toute neuve…mais aussi des restaurations à la traîne ou en péril.
• Et si le rocambole faisait… école ?
• « SYLViE JE t'm », la fin du roman
• Compliments au Crédit mutuel
• Ça foire, place du Change !
• La Saône, cours d'eau et cours d'école
• Un nouveau feuilleton : la restauration du Palais de Justice historique

❏ Vie de Quartier : p. 9
• Moteur… action !

❏ Entre-Nous : p. 9 à 10
• Entre deux RVL, une histoire de famille…
• Les journées européennes du Patrimoine
• Le rallye annuel
• Une journée au Parc de la tête d'or

❏ À lire p. 11 

❏ Chronique du Père Craquelin p. 12

❏ Jeu p. 12 

Édito : 


A quoi servent les études ?

Tous les sept à huit ans, une nouvelle étude économique est faite sur le Vieux-Lyon :
- Etude Synetic de mars 1980 : enquête sur les commerçants et enquête sur les Lyonnais
- Analyse Semirely d’octobre 1995 : l’activité commerciale du Vieux-Lyon
- Etude Quam d’avril 2003 et juillet 2003 : développement économique
Tout a été dit, mais rien encore n’a été appliqué jusqu’à présent avec les moyens nécessaires, et le Vieux- Lyon décline : profusion des restaurants à touristes, disparition régulière des commerces de proximité, difficulté d’installation de vrais artisans…
Il faut réagir ! En reprenant les termes de l’étude Quam de 2003, on se rend compte à quel point les études, même si elles sont efficaces dans les mots, ne sont suivies d’aucun effet. On peut y lire qu’il faut « que le Vieux-Lyon ne soit pas dénaturé par un excès d’activités commerciales uniquement tournées vers le tourisme et décalées par rapport aux besoins d’un quartier vivant et habité » ; que « pour contribuer à la régulation de la création de restaurants et boîtes de nuit, il est important de veiller à la viabilité économique des autres activités, de sorte qu’elles ne disparaissent pas en laissant leur place aux activités que l’on voudrait justement maîtriser ». On apprécie au passage l’expression : « exigence de qualité ».
Or, il est stupéfiant de constater à quel point le Vieux-Lyon est devenu à nouveau aujourd’hui un lieu de bruit, de jour comme de nuit. Se rajoutent en ce moment des problèmes de sécurité pour les passants, la nuit. Agissons le plus rapidement possible, tous de concert, Ville, habitants et commerçants : sécurité des personnes, respect de la charte des commerces, respect de la charte de vie nocturne, respect des habitants et de la réglementation sur le bruit, respect des stationnements et de la zone piétonne, aide à l’installation d’artisans, de commerces valorisant le site et de commerces de proximité.
Le devenir du Palais Saint-Jean n’est toujours pas déterminé : nous suggérons une idée qui, si elle n’est pas nouvelle, a le mérite de répondre à une partie des constatations qui ressortent des études effectuées pour l’avenir du Vieux-Lyon : créer ici une maison de l’artisanat et des métiers d’art, reliée à des ateliers relais et proposant un grand événement annuel.
Surtout, ne nous produisez pas une nouvelle étude économique !
À quoi servent-elles ? 

Pierre-Edmond Desvignes

Président de la Renaissance du Vieux-Lyon