Laurent Mourguet, à la belle figure


(extrait du journal RVL n° 137, novembre 2011) 

Nous en avions rêvé. 

Le père Craquelin, notre chroniqueur préféré,avait osé le demander après avoir remarqué que, toute noircie qu’elle était, cette statue attirait chaque jour des cohortes de touristes, principalement japonais ou chinois, tout heureux de se tirer le portrait, les uns les autres, sous la protection «du Laurent». 

Eh bien, le voilà tout neuf, notre gone. L’arracheur de dents devenu artiste à plein temps, le génial inventeur de Guignol et des marionnettes de Lyon est enfin présentable sur son socle. Désormais, il pourra, en toute décence et dignité, faire partie des beaux souvenirs qu’on ne manquera pas de se partager dans les «chaumières» du bout du monde… 
Père Craquelin, soyez rassuré ! 
Le «coup de patte» a bien été donné. 
Avec talent, sinon avec art. 
Bravo et merci. 
Merci pour Laurent. 
Merci pour Lyon !