Un parvis pour Saint-Nizier


(extrait du journal RVL n° 151, novembre 2018)

Le CIL Presqu’île fait partie de la commission Lyon Patrimoines de la RVL. Comme nous l’avons fait pour d’autres associations, nous lui offrons la possibilité d’exposer un dossier délicat : celui du réaménagement de la place Saint-Nizier.

Située au cœur de la presqu’île, entre Rhône et Saône, l’église Saint-Nizier est l’une des plus anciennes de la ville. 

De style gothique flamboyant, l’édifice date des XIVe et XVe siècles. Il s’ouvre sur la rue par un porche monumental et un portail (ornementé d’une demi-coupole de style Renaissance) uniques à Lyon, l’ensemble ayant été réalisé par Jean Vallet, élève de Philibert de l’Orme.

Dans le cadre du grand projet des Rives de Saône, la Métropole de Lyon a prévu le réaménagement de la place Saint-Nizier. Ce projet prévoit de créer un carrefour au droit du porche, au-delà d’un trottoir de 6 mètres de large, déjà existant.
Or, depuis les années 1990, un projet de parvis semi-circulaire, repoussant la circulation des véhicules devant la façade de l’église, a été conçu et défendu par Jean-Gabriel Mortamet, Architecte en Chef des Monuments Historiques, en charge de la conduite des travaux de restauration de l’église. Ce projet s’inspirait du dessin initial de Philibert de l’Orme, qui prévoyait, lui, la construction d’une coupole entière. Malgré le soutien de notre CIL et de l’association des Amis de l’église Saint-Nizier (association culturelle et non pas cultuelle), le projet de Jean-Gabriel Mortamet, pour des raisons budgétaires, n’avait pu être réalisé à l’époque.
Aujourd’hui, le projet de la Métropole concernant le quartier Saint-Nizier est de grande ampleur, et nous l’approuvons pour l’essentiel. Les budgets engagés permettraient de réaliser ce parvis, dont le coût ne serait pas supérieur à ceux envisagés.
Aussi avons-nous proposé que soit repris le beau projet de JeanGabriel Mortamet, qui ne rend pas seulement hommage à l’histoire, mais a l’avantage de créer un espace cohérent devant le porche de l’église. Notre proposition a été rejetée. Pour les raisons suivantes :
- l’arrondi proposé ne correspondrait pas à la « structure viaire » de la presqu’île, constituée, dit-on, de rues droites.
- il serait impossible de renégocier le projet de l’architecte en charge de cet aménagement (Jean-Michel Vilmotte).
Depuis que nous le faisons connaître, le projet de Jean-Gabriel Mortamet a recueilli le soutien de nombreux architectes, urbanistes, historiens de l’art, ainsi que d’associations de défense du patrimoine...
Tous nos interlocuteurs se disent « horrifiés » à l’idée de voir un carrefour important (sur l’un des rares itinéraires permettant de traverser la presqu’île) s’inscrire de manière perpendiculaire, à quelques mètres seulement d’un tel porche, après disparition du rond-point qui avait été aménagé au terme des travaux de restauration de la façade, à la fin du siècle dernier (voir le schéma).
Pour se faire entendre, notre association en a été réduite à lancer une pétition « papier », ainsi que sur le site change.org. (une fois sur ce site, il suffit de rechercher : « Un parvis pour l’église Saint-Nizier à Lyon », et de suivre les indications. Il est également possible de télécharger un court document explicatif). Nous souhaitons, en effet, que les Lyonnais prennent réellement la mesure de ce que, pour notre part, nous considérons comme une erreur d’urbanisme, et nous les invitons à se joindre à ceux qui nous soutiennent déjà : au 20 octobre, la pétition plus de 3 000 signatures.