La glace a dissous l'aspirine…


(extrait du journal RVL n°141, novembre 2013)  

Les changements de destination des rez-de-chaussée commerciaux sont devenus tellement fréquents dans le Vieux-Lyon qu’il serait intéressant de dresser l’inventaire de ceux qui, existant au moment du classement du quartier en secteur sauvegardé, existent encore aujourd’hui. 

Affaire à suivre…  

En tout cas, depuis son implantation au 50 rue Saint-Jean (mars 1999), la RVL avait pris l’habitude d’entretenir des liens cordiaux avec la pharmacienne voisine qui, à l’occasion, nous rendait même quelques services : réception, le matin, de colis ou d’exemplaires du Journal, par exemple. Depuis l’an dernier, la pharmacie a fermé définitivement ses volets : c’est le cas de le dire, la devanture en bois du magasin s’équipait de vantaux pour marquer la fermeture de la boutique.
Certes, nous souhaitons la bienvenue au nouveau commerce, un marchand de glace à l’agréable enseigne d’Amoreno. Cependant, nous ne pouvons pas, en même temps, ne pas déplorer la disparition, une fois encore, d’un commerce généraliste bénéficiant aux habitants du quartier, remplacé par une nouvelle échoppe tournée essentiellement vers l’exploitation du tourisme. Combien de marchands de glace se sont-ils implantés dans le seul quartier Saint-Jean au cours des dix dernières années ? Ce pourrait être une question à poser dans le « Jeu » de notre page 16.
Le glacier, qui a replacé la pharmacie © yves Neyrolles
Le glacier, qui a replacé la pharmacie © yves Neyrolles