L'horloge Charvet


(extrait du journal RVL n° 139, novembre 2012) 

La décision de la Ville de Lyon de prendre en main la sauvegarde et la restauration de l’horloge Charvet ne peut que nous réjouir. 

Mais que faire de cet ensemble patrimonial, autant artisanal qu’artistique ? Comme beaucoup, nous pensions que ce joyau serait confié à la bonne garde du Musée historique de Lyon, autrement dit que l’entrée dudit musée serait placée sous le signe des marionnettes animant cette horloge et remplissant ainsi le triple rôle de gracieuses distributrices du temps à tous les gones et fenottes, de témoins de l’histoire locale et de hérauts invitant à découvrir Guignol, Gnafron, leurs amis et compères du monde des automates, présentés en grand nombre dans quelques-unes des pièces de l’ancien Hôtel Gadagne.
Il semblerait que les choses soient plus compliquées. Quoi qu’il en soit, souhaitons que cette œuvre, offerte aux Lyonnais par un généreux horloger du XIXe siècle, ne soit plus exposée à un quelconque risque de se dégrader là où elle se trouve et que, comme Le Patineur de César, elle soit définitivement sauvée et traitée selon ses mérites…