Journal RVL n° 151 - novembre 2018


Sommaire



❏ L’édito    p. 2  
d’Élisabeth Blanc-Bernard, présidente : 
De l’importance des anniversaires

❏ Patrimoine    p. 1 à 10
• Dossier : 20 ans après la consécration par l’Unesco 
• L’exposition de la RVL 
• Un parvis pour Saint-Nizier 
• Des pierres et des hommes : 
La Maison du Chamarier 
• Renaissance de la galerie de Philibert de l’Orme

❏ La RVL et le Vieux-Lyon    p. 11 - 12
• Vieux-Lyon en Humanité 
• Gadagne : une soirée débat sur l’extrème droite à Lyon 
• Les JEP 2018

❏ Entre-nous    p.13 à 15
• Valence, si près, si méconnue 
• Escapade automnale dans le Briançonnais 
• Découverte de Tévoux 
• Conférences et journée d’étude 2018/2019 
• Assemblée générale 2018

❏ Chronique du Père Craquelin p. 16

❏ Jeu p. 16 

Édito : 


De l’importance des anniversaires 

Longtemps, Lyon a eu la triste réputation d’être une ville  brumeuse, voire fumeuse, à cause de ses industries : une  ville noire… Les plus âgés d’entre nous ne l’ont peut-être pas oublié, mais qu’en est-il des plus jeunes ? 

Commémorer l’inscription de son site historique au Patrimoine  mondial permet, en même temps, de faire le point sur plus de  2 000 ans de son histoire, de mesurer le travail accompli au  cours du siècle dernier (marqué par la prise de conscience de  la valeur attachée à la préservation de cet héritage prestigieux)  et d’apprécier les efforts qui, depuis vingt ans, se poursuivent,  sous  l’impulsion  conjuguée  des  élus  et  des  techniciens,  des  associations, des habitants. 

En rappelant la dette que nous avons à l’égard de nos aînés,  cette  commémoration  fait  partager  des  rituels.  Elle  évoque  des images, raconte des histoires, qu’elle investit de sens. Elle  suscite  des  émotions.  Elle  offre  un  imaginaire,  mobilise  les  énergies et donne à l’action ses directions fondamentales. Elle  est un engagement solennel et partagé. 

Commémorer,    c’est    d’abord    créer,    ou    recréer,    de    la  communauté. C’est aussi, et bien plus encore, pointer l’avenir.  Un tel anniversaire nous invite à réfléchir sur ce que sera notre  ville dans vingt ans, dans cent ans, face à des dangers et des  déséquilibres qui nous guettent. 

Si le tout récent Loto du Patrimoine a connu un franc succès, il  ne représente qu’une vague dans l’océan des besoins : l’État, les  collectivités, les associations, le mécénat d’entreprise,  doivent  rester mobilisés, actifs. 

Si le tourisme a fortement progressé depuis vingt ans, et nous en  sommes heureux, il ne faudrait pas que cela soit au détriment  du nécessaire équilibre entre tous les usagers de nos quartiers  historiques, comme cela se produit déjà dans certaines villes  européennes. La vigilance de tous s’impose. 

Mais, pour l’instant, réjouissons-nous devant ce Lyon clairement  transfiguré,  soyons  fiers  et  gardons  bien  ouverts  nos  yeux  émerveillés.


Elisabeth Blanc-Bernard
Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon