Le Palais de Bondy , une restauration indispensable


(extrait du journal RVL n° 145, novembre 2015)

Situé aux 18 et 20 quai de Bondy, cet édifice remarquable est en cours de réaménagement


Un peu d’histoire  

D’importantes opérations d’urbanisme furent mises en place dans le quartier Saint-Paul à la fin du XIXe siècle. L’arrivée du chemin de fer en pleine ville et la construction d’une gare provoquèrent la démolition de nombreux immeubles anciens et la reconfiguration de la presque totalité du quartier. Ce vaste chantier prit fin au début des années 1870. 
On s’attaqua alors au secteur délimité par le quai, la place du Change, la montée Saint-Barthélemy et la rue Octavio Mey, secteur qualifié, lors de l’enquête publique de 1893, comme étant « la partie la plus insalubre de Lyon ». Cependant, seul le secteur proche de la Saône, à l’emplacement de l’ancienne douane, fut touché.  
En 1902, la Ville de Lyon charge l’architecte Eugène Huguet de réaliser là un édifice emblématique destiné à accueillir le Conservatoire de musique et comportant des salles d’exposition et de concert. Les travaux s’achèvent en 1905.  
Depuis quelques années, le bâtiment bénéficie du label « Patrimoine du XXe siècle » qui marque ainsi la grande valeur architecturale de cette construction et oblige à la sauvegarder. 

 
Aujourd’hui  

Ce palais, dont la façade principale se dresse sur le quai de Bondy, présente deux entrées avec perron semicirculaire, donnant accès à un vaste atrium. La salle Molière (qui doit son nom au fait que Molière aurait joué sa première pièce, « L’Étourdi », dans une salle de jeu de paume située à cet emplacement) est un lieu destiné aux concerts, principalement de musique de chambre. Son acoustique est exceptionnelle.  
La salle Witkowski, plus petite, accueille des conférences. Au deuxième niveau, des salles d’exposition, couvertes de verrières, accueillent tout au long de l’année des salons de peinture réputés.  
Au rez-de-chaussée, rue Louis Carrand, se trouve le théâtre du Guignol de Lyon, animé par la Compagnie des Zonzons - qui a dû déménager pendant la durée des travaux.  
 

Des travaux urgents 

La pluie s’invitait sous les verrières, l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite n’était pas possible, les normes d’isolation thermique et de sécurité n’étaient pas respectées. La Ville de Lyon a donc lancé un vaste programme (plus d’un million d’euros) pour réaliser ces indispensables mises en conformité.  
Le chantier devrait prendre fin en janvier 2016 pour assurer une ré-ouverture du Palais en mars.