Journal RVL n° 159 - novembre 2022


Le Journal a été envoyé le lundi 28 novembre

Sommaire


❏ L’édito p. 2

 de Monique Ferret, présidente : 
Préservation et mise en valeur du patrimoine…

❏ Patrimoine p. 1 à 9

• Dossier : 5 rue Saint-Jean, une métamorphose intérieure
• Retour sur une invention : le Cycloscope de Soufflot 
• Des pierres et des hommes : D’un hôtel l’autre, brève histoire des hôtels du quai de Bondy (1er épisode) 
• Place Royale ?
• Feuilleton Maison du Chamarier (3e épisode) : le grand escalier de la Maison du Chamarier, 
• Bistanclack, le jeu des gones

❏ La RVL et le Vieux-Lyon p. 10 à 11

• Plus de vert à Saint-Paul
• Commerce… et commerce
• Xavier, tu manques…
• À Gadagne, on virevolte et on fabrique. N’oublie-t-on pas aussi ?

❏ Entre-nous p.12 à 14

• Bienvenue aux nouveaux adhérents de la RVL 
• Adhérents passionnés de la RVL, joignez l’utile à l’agréable
• Notre dispositif «Aide au petit patrimoine»
• Une journée à Grenoble
• Découverte de Ternay et de Saint-Symphorien d’Ozon
• Journées européennes du Ptrimoine 2022
• Conférences et visite

❏ À lire p. 15


❏ Chronique du Père Craquelin p. 16


❏ Jeu p. 16



Édito :


Préservation et mise en valeur du patrimoine…


Le 7 octobre 2022, un vibrant hommage a été rendu à Annie et Régis Neyret à l’occasion du dévoilement des deux plaques de rues situées sur la promenade portant désormais leur nom, sur les quais de Saône, et de la plaque patrimoniale du 2 place du Change, sur la maison Thomassin, où ils ont longtemps vécu.
Il était grand temps pour nous tous de « graver dans le marbre » leur implication et leur bataille pour préserver et mettre en valeur le magnifique patrimoine du Vieux-Lyon, patrimoine qui contribue aujourd’hui à la renommée de la ville, de la région et qui attire des visiteurs du monde entier.
Nous devons, avec fierté et conviction, poursuivre leurs actions. C’est l’objectif que nous poursuivons et que nous vous présentons au fil des pages de nos journaux.
Mais, aujourd’hui, les batailles à mener ne sont pas uniquement celles destinées à poursuivre  l’embellissement de ce quartier, elles sont aussi de lutter contre le fléau qui envahit les murs de nos villes.
Que dire de ces tags sauvages qui dénaturent les toits, les murs, les portes de notre cité ? Il n’est pas question ici de dénier la valeur artistique de cet art de la rue, porteur de message, mais que penser de la liberté prise par de prétendus « artistes » sans se soucier des détériorations parfois irréversibles sur le bâti et dont la remise en état coûte cher aux résidents et à la communauté tout entière ?
Est-ce vraiment un combat perdu d’avance ? Ne nous résignons pas et rappelons sans cesse la nécessité de faire respecter les réglementations existantes pour pouvoir admirer les beautés architecturales qui nous entourent.
Nous vous souhaitons de belles découvertes au fil des pages de ce nouveau numéro de notre journal !

Monique Ferret
Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon