Journal RVL n° 127 - novembre 2007


Sommaire


❏ L’édito p. 1
de Pierre-Edmond Desvignes, Président :
Toute une histoire…

❏ Dossier Patrimoine : p. 1 à 10
• 24 colonnes à la Une
• Place Benoît Crépu
• La Saône au cœur
• Les JEP 2007

❏ Vie de quartiers : p. 10-11
• Triste revers de médaille
• L’abri inutile
• Encore un plan pour Saint-Georges

❏ Entre-nous : p. 12-13
• Vieux-lyon.org : le passé devient notre avenir
• Le rallye 2007
• Escapade dans le grand nord
• Nos conférences

❏ Le jeu : p. 14

❏ L’assemblée générale p. 15

❏ A lire p. 16

Édito


Toute une histoire… 

Depuis l’an 2000, la RVL et, en particulier, sa commission Vie de Quartier, a largement participé aux études puis à la « re-naissance » de la place Benoît Crépu, qui devait suivre la réalisation du parking Saint-Georges. 

Depuis cette date, au cours de nombreuses réunions, la commission a étudié, discuté, analysé, commenté les projets de la Ville, les a confrontés aux désirs des habitants, a trouvé et proposé des solutions alors même qu’il paraissait impossible de concilier des avis opposés. Cette commission a également participé à toutes les réunions de concertation et d’information initiées par l’Hôtel de Ville. 

C’est dire si la RVL avait ces projets à coeur. Plusieurs personnes  se  sont  particulièrement  impliquées. Denis Eyraud, ancien président, a suggéré le projet de parking à Raymond Barre. Maurice Ferdinand, président au moment du démarrage des travaux, a suivi la concrétisation du projet de réaménagement. Georges Guerrier, responsable de la Commission Vie de Quartier, a travaillé sans relâche afin que la réalisation de ce projet apporte satisfaction au plus grand nombre. 

Et, même si il y eut au cours de toutes ces années, comme on peut le comprendre, des grincements de dents, des commerçants désespérés, des riverains exaspérés, de multiples retards du chantier, il semble aujourd’hui que le résultat soit globalement positif,  tant  au  plan  pratique  qu’au  plan  de l’esthétique. 

Il y eut aussi quelques divines surprises, comme la découverte de « La Couzonière », barque du XVIIe siècle (ce qui valut l’édition d’un livre), puis de barques du Moyen-Âge, et enfin de celles, plus nombreuses encore, datant de l’époque gallo- romaine. 

On aimerait bien, d’ailleurs, que l’une d’entre elles (ou sa reproduction, si l’embarcation est trop fragile), soit exposée dans ce quartier : pourquoi pas sur la place Benoît Crépu ou à l’intérieur du parking ? 

Si la RVL a quelques regrets, s’il reste encore des ajustements et des détails à régler (lire l’encadré p 8), la place a été inaugurée comme il se doit, en présence de beaucoup de monde. Habitants et promeneurs profitent déjà du lieu pour se détendre et les enfants jouent dans un cadre enfin paisible. Et puis, nous allons continuer à participer à la transformation du quartier Saint-Georges… 


Pierre-Edmond Desvignes 

Président de la Renaissance du Vieux-Lyon