Accueil / Les grands dossiers / Dossiers en cours / Parking Saint-Antoine /

Parking Saint-Antoine


2018 - 2021

Séquence 16 (11 photos)

Septembre : Reprise

Le chantier a repris son intense activité dès la fin du mois d’août.
Les bordures en pierre, le long de la Saône, sont définitivement en place.
L’activité principale, pour l’instant, semble être de terminer le traitement des blocs restés comme des îles lors d’une crue de la rivière, à la fin de l’hiver, ou comme des collines stériles, au cours du printemps, le tout devant être transporté par péniche en dehors de la ville.
Faut-il rappeler notre étonnement devant l’absence de réaction pour mettre fin à la prolifération des tags et des graffitis sur le perré ?
Faut-il également évoquer notre surprise de constater que, malgré les alertes lancées en juillet, l’ambroisie a échappé à un fauchage qui aurait été cependant salutaire pour les personnes allergiques à cette plante considérée, à juste titre, comme nuisible ? Certes, elle d’un très beau vert, mais… que d’éternuements et d’yeux en feu !

Séquence 15 (9 photos)

Juin : Blanchissement

En amont du pont Juin, le perré est entièrement relevé. Les ouvriers procèdent au blanchissement de l’ensemble. Va-t-on voir disparaître les graffitis ?
Suspense !
Au 1er juillet, ceux-ci sont toujours là, plus violemment présents dans tout ce blanc…

Séquence 14 (10 photos) 

Mai : Rehaussement et renforcement

Deux opérations sont menées simultanément : le rehaussement du perré au long de ce qu’était la terrasse de l’ancien parking ; le renforcement de la rive proprement dite.
Tout cela, parmi les « grafs », qui se multiplient…

Séquence 13 (9 photos)

Février-mars : Le ballet du balai

« Le parking Saint-Antoine en bord de Saône, c’est fini ! », clame l’affiche. Certes, mais un dialogue pas drôle se poursuit entre le maître d’ouvrage et de pseudo artistes sans vergogne…
Le ballet du balai géant achève le nettoyage de l’espace libéré le long de la rivière.

Séquence 12 (9 photos)

Janvier-Février 2022 : Futur Jardin fluvial  

L’annonce est faite à l’entrée Est de la passerelle : un jardin fluvial viendra prendre la place du parking déconstruit. Il permettra aux Lyonnais et aux visiteurs de reconquérir « à pied » cette portion de la rive gauche de la Saône.
Les travaux n’ont pas encore commencé que des « grafs » s’installent sans pudeur sur la pile, sauvegardée, de l’ancien pont de Nemours (pont du Change).

Quai Saint-Antoine : apparition (souterraine) du nouveau parc de stationnement et disparition progressive, et spectaculaire, de l’ancien.
Depuis le mois de juillet, Yves Neyrolles suit en images ce chantier impressionnant qui, sans les photographies, serait oublié bien vite… 

Infos de dernières minutes....

Parc Saint-Antoine, un concours de tags ?

Entre le 8 et le 30 novembre 2021

La RVL n'a pas voulu être en reste dans le magnifique concours de tags qui se déroule à la place de l'ancien parking St Antoine : plutôt que de laisser vierge de toute dégradation la belle pile du pont de Nemours, nous avons décidé, a notre tour, d’apporter notre contribution en y collant notre logo !

 
En espérant qu'un nettoyage bien avisé nous débarrassera très vite de ces tags indignes du lieu...
Et de 1... tag © Yves Neyrolles
Et de 1... tag 
© Yves Neyrolles
Et de 2... tags © Yves Neyrolles
Et de 2... tags 
© Yves Neyrolles
Et de 3. tags © Yves Neyrolles
Et de 3. tags 
© Yves Neyrolles
Et de 4... avec le tag RVL...! © Yves Neyrolles - Montage Georges Guerrier
Et de 4... avec le tag RVL...! 
© Yves Neyrolles - Montage Georges Guerrier


Séquence 11 (20 photos)

10/24 novembre 2021

La démolition tire à sa fin. Depuis leur cabine, les conducteurs d’engins changent habilement l’outil qui leur permet de cogner, de prendre, de mâcher, de pulvériser la matière , puis de rassembler le tout en des tas imposants, que la grue du bateau transporteur se charge ensuite d’enlever dans les airs avant de la vider, en morceaux auréolés de poussière, au fond de l’embarcation. La photographie ne parvient pas à rendre vraiment la subtilité du travail, il faudrait passer aux images animées, inventées par deux Lyonnais…
Le ballet d’entraide entre les « acteurs » est, pour quelque temps encore, l’enjeu principal du spectacle qui se donne sur la vaste plateforme longeant la Saône, tandis qu’un plus en amont, au pied du quai de la Pêcherie, chacun vaque à ses envies de balades au bord de l’eau, comme si de rien n’était…
Et puis, soudain, une mauvaise surprise : voici que, sur la première pile de l’ancien pont de Nemours, dernier nom des ponts du Change qui, depuis le XIe siècle, se sont succédés à cet endroit, apparaît un graffiti - énorme !
Combien de temps a-t-il fallu au pseudo-artiste pour réaliser ce que le verbicruciste Philippe Dupuis fait deviner au cruciverbiste, dans la grille quotidienne qu’il publie dans Le Monde, en proposant cette brève et juste définition : « saleté en ville » ?
Les belles pierres, remarquablement appareillées, méritaient-elles de réapparaître pour se voir aussitôt souillées de cette… vilaine manière ?

Séquence 10 (18 photos)

3/4/8 novembre 2021

3/4/8 novembre : Près du cyprès chauve, soigneusement préservé, le bouquet d’arbustes va bientôt disparaître… Du grand escalier ne restent plus que les gradins, accrochés au perré.
Mais la démolition ne fait pas qu’anéantir, elle fait aussi réapparaître… la première pile du pont de Nemours (3e Pont du Change), construit au milieu du XIXe siècle et détruit en 1974, après la mise en service, plus au sud, du pont Maréchal Juin, dont la hauteur surprenante et l’ampleur semblaient une menace pour le Vieux-Lyon.
Un trou dans la dalle de béton permet d’imaginer la largeur du bas-port avant la construction du parking. Quelle sera celle de la promenade à venir ?
En attendant, comme de nombreux badauds qui suivent quotidiennement le « spectacle », laissons-nous entraîner dans le duo remarquablement réglé des dinosaures de métal… 

Séquence 9 (20 photos)

27/28/29 octobre 2021 : 

La partie nord du parking continue de s’effacer. Les « monstres » intelligents et véloces s’attaquent au bel escalier qui permettait de relier la terrasse au bas-port et qui n’a plus de sens aujourd’hui. Les pierres taillées les plus belles sont mises de côté.
Cependant l’aménagement de la place d’Albon se poursuit et la sortie du nouveau parc de stationnement, recouverte d’enrobé, débouche de façon quelque peu problématique (pour ne pas dire acrobatique) sur le flux presque continu des véhicules provenant du quai de la Pêcherie.
L’automne, particulièrement lumineux, accompagne le chantier et fait vibrer la ville…

Séquence 8 (12 photos)

25 octobre 2021 : 

Une des plus belles journées de cet automne. La quasi absence de vent fait de la Saône un miroir que fendent les bateaux remontant la rivière. La longue péniche d’Ancycla, équipée de sa pelle géante, se dirige vers le nord. Où, exactement ? Nous le saurons bien un de ces jours.
L’emprise sud du parking fait apparaître un large espace, presque entièrement débarrassé des traces de la construction démolie. Cette largeur considérable de la partie basse du quai sera-t-elle conservée lors du réaménagement ? Autre question…
Au nord de l’église Saint-Nizier, les machines poursuivent leur travail de sape. Elles ont déjà avalé (digéré ?) les inscriptions déposées par les graffeurs.
Le miroir de l’eau se fend de nouveau au passage d’une autre péniche au long cours.
Le Saint lui-même semble s’intéresser aux travaux.
Quant au nouveau Parc de stationnement, niché derrière le perré, seule son entrée aux vitraux de couleurs le signale aux regards.

Séquence 7 (14 photos)

22 octobre 2021 fin d’après-midi : 

Le chantier a atteint l’axe historique de la liaison entre l’église Saint-Nizier et la place du Change par le « Pont de Saône », le plus vieux pont de Lyon, remplacé au XIXe siècle par celui de Nemours, appelé familièrement, comme les précédents, « Pont du Change », puis disparu totalement du paysage après la construction, plus au sud, du pont Maréchal Juin.
Images de respiration du site, mis au repos après l’intense activité des engins au cours des dernières semaines.
L’automne marque de plus en plus les platanes.
Dans l’ombre portée du parapet de la passerelle, A déclare toujours sa flamme à C.

Séquence 6 (11 photos)

14 octobre 2021 : 

Cette démolition offre un véritable spectacle à ciel ouvert, dont les passants, nombreux, suivent avec intérêt les « gestes » habiles des « acteurs » géants pour tirer, broyer, déplacer les poutres et les colonnes arrachées, comme un chat joue avec la souris qu’il vient de saisir d’un adroit coup de patte. L’eau pulvérisée joue, elle aussi, avec le soleil, ajoutant parfois un arc-en-ciel à la mâchoire d’acier.

Séquence 5 (16 photos)

6 octobre 2021 : 

Les dinosaures de métal, minutieusement commandés par leurs conducteurs, mâchent les pièces arrachées à la structure. La dévoration s’en prend déjà à la partie nord, en amont du pont Juin.

Séquence 4 (10 photos)

5 Octobre 2021 : 

Le pavillon des expositions a disparu du paysage, à la grande satisfaction des riverains qui retrouvent le point de vue qu’ils avaient du côté du Vieux-Lyon et de la colline de Fourvière.

La partie en aval du pont Juin est entièrement démolie. Les « monstres » mécaniques broient le béton, dont ils retirent les tiges de fer. Le perré réapparaît dans son intégralité entre pont et passerelle et conserve, pour l’instant, la déclaration d’amour déposée par un graffeur (voir la première image de la première séquence).


Séquence 3 (10 photos)

17-21 Septembre : 

Coexistence ! Les activités sur la Saône se déroulent comme si de rien n’était. Les bateaux de croisière font découvrir la ville. Une flottille de canoés transporte des écoliers en « classe verte ». L’effacement progressif du parking se poursuit. Le pavillon d’expositions est peu à peu déshabillé avant son démontage…

Au fait, pour quelle nouvelle destination, promise lors de sa construction ?


Séquence 2 (10 photos)

13-15 Septembre : 

Le chantier de démolition se déroulant à proximité de la promenade du quai Saint-Antoine, un puissant pulvérisateur d’eau empêche les poussières de nuire aux diverses activités, notamment au marché alimentaire qui se tient là chaque matin, sauf le lundi, réservé à un autre type de marché.

Séquence 1 (16 photos)  

5 Juillet : 

Le chantier de démolition du parking Saint-Antoine, implanté sur la rive droite de la Saône au cours des années 1960, débute au moment même de l’ouverture du nouveau parking, souterrain celui-là et invisible dans le paysage urbain du centre-ville. Montant ou descendant les escaliers, les usagers découvrent une ambiance de verdure et de fleurs, agrémentée de photos des vestiges gallo-romains sortis des profondeurs au cours des fouilles archéologiques qui ont précédé le chantier proprement dit.





Pour rendre à la vie les quais de Saône…

(extrait du journal RVL n°37, novembre 1980)

Bien sûr, les Quais de Saône sont des sites classés et parfois bien figés ! Quel contraste avec l'animation qu'apportait autrefois un fleuve dans une ville : I'eau était alors considérée comme un lien et non pas comme un simple miroi r, malheureusement enchaîné entre voiries automobiles et parkings (ce sont bien les seules atteintes que 'on tolère dans un site classé. Est-ce par habitude ?)
Voici pour concrétiser notre propos une première réflexion (et non pas un projet abouti) permettant au marché du Quai Saint-Antoine, et notamment au marché aux fleurs, d’aller à la rencontre des utilisateurs de la voie d'eau qui pourraient trouver là une halte simple, en pleine ville.
Et quel est le Lyonnais qui n'a pas, un jour ou l 'autre, rêvé de pouvoir venir, sans crainte du trafic automobile et à l 'abri du bruit, jouer avec le soleil couchant et "joui r" du spectacle de ces maisons se découvrant avec pudeur un second visage miroitant.
Quelques gradins descendant sur le fleuve ne répondraient-ils pas en partie à ce bonheur ?
Les quais de Saône..., il y a environ 1 siècle !
Les quais de Saône..., il y a environ 1 siècle !

Ressources documentaires

  • Fiche technique, cliquer ici 
  • Parking Saint-Antoine sur le site LPA, cliquer ici
  • Le projet initial, cliquer ici
  • Quai Saint-Antoine (diagnostic) 2010, Service archéologique de la Ville de Lyon, cliquer ici
  • Résultats de la fouille de 2016, Service archéologique de la Ville de Lyon, cliquer ici
  • Exposition 2018, "Le quai Saint-Antoine et les berges de Saône", SAVL (à la 17ème ligne), cliquer ici

  • Lyon 2e: la promenade du quai Saint-Antoine bientôt finalisée, Le Progrès, cliquer ici
  • «Cette sortie place d’Albon et sur le quai qui mécontente les usagers», Le Progrès, cliquer ici
  • Les travaux sont (enfin) finis au nouveau parking Saint-Antoine, sur les quais de Saône, Lyon Capitale, cliquer ici
  • Rives de Saône - Terrasses de la Presqu'île, La Métropole de Lyon, cliquer ici




56, 90, 99, 110, 118         18, 30, 150,