Journal RVL n° 132 - juin 2009


Édito : 


Aujourd’hui et demain


La renaissance des Musée(s) Gadagne à la Une de notre journal, voilà qui démontre bien l’importance que nous donnons à cet événement. Nous revenons d’ailleurs sur cette longue aventure dans le dossier qui lui est consacré. 

Ce qui est fondamental pour nous, c’est la volonté affichée de ce désir du Musée historique de franchir ses propres frontières et d’être un véritable Musée de ville, en prise avec la vie de la cité, et non pas uniquement un lieu qui raconte et présente l’histoire passée. 

Cet appel à l’ouverture fait écho à ce qui a marqué la réflexion menée par le Conseil d’administration de la RVL. 

La RVL ne renie pas, bien au contraire, sa vocation à travailler dans le Vieux-Lyon et pour le Vieux-Lyon. « Les hommes passent avant les pierres » est un slogan toujours actuel et le Comité d’Intérêt Local a  bien pour mission de veiller à améliorer à tous points de vue la vie quotidienne des acteurs de ce quartier.

Toutefois, les grands enjeux patrimoniaux ne se limitent plus aujourd’hui au Vieux-Lyon. Il faudra, certes, réfléchir à l’utilisation de la Maison du Chamarier, comme à celle du Palais Saint-Jean, en partie déserté après le déménagement des bureaux (provisoires) du Musée Gadagne. 

Mais d’autres reconversions ou aménagements font l’objet d’une réflexion nécessaire (les prisons de Perrache, le site de l’Hôtel-Dieu, les rives de Saône, par exemple) et la RVL, qui est en droit de revendiquer une certaine maternité de l’inscription du site historique de Lyon sur la liste du Patrimoine mondial, se doit aussi de participer de manière constructive à ces réflexions « hors les murs » du secteur sauvegardé.  

La RVL, senior parmi les associations lyonnaises, a vocation aussi à mettre sa maturité et son expérience au service de la Ville, dans une optique d’ouverture et de dynamisme, en associant celles et ceux qui voudront se joindre à elle dans ses diverses missions. 

Adhérer à une association, ce n’est pas seulement verser une cotisation (certes bien accueillie), c’est aussi adhérer à son projet, et même… s’impliquer en fonction de ses compétences. Alors, nous vous attendons, car nous avons besoin de vous !


Annick Lioud

Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon