Journal RVL n° 134 - juillet 2010


Édito : 


L’Hôtel-Dieu, un devoir de mémoire


Depuis plusieurs mois, les Lyonnais suivent avec attention les projets concernant le devenir de l’Hôtel-Dieu. Tous n’ont pas accès à une information très affinée – si tant est qu’il y en ait une. Pourtant, ce sujet passionne véritablement l’ensemble de la population. Nous avons été questionnés à de multiples reprises sur ce sujet. Aussi avons-nous enrichi notre site “Lyon-Patrimoines” de divers documents pouvant aider la réflexion de chacun.

On peut s’interroger : pourquoi tant d’intérêt ? pourquoi un tel attachement, presque viscéral, à ce lieu ? pourquoi une telle mobilisation ?

Les Lyonnais ont tous, peu ou prou, fréquenté l’Hôtel-Dieu. Certains y sont nés, d’autres y ont été soignés, d’autres y ont fait des visites auprès des malades. Cet hôpital au coeur de la ville, dont l’architecture remarquable est un point fort dans le paysage urbain, semble être un symbole. Symbole du lieu de soins, symbole d’attention aux autres, symbole de l’humanisme qui a présidé à son édification.

L’histoire de Lyon est riche en exemples de cet humanisme qui s’est manifesté sous bien des formes, littéraires et sociales en particulier. Le devenir de l’Hôtel-Dieu semble avoir réveillé en tous cette conscience des valeurs qui ont fait notre ville.

L’enjeu d’une telle réhabilitation est de taille, et l’aspect financier n’en est pas le moindre en période de crise. Sans vouloir gommer celui-ci, on ne peut pas cependant effacer notre histoire, ni tenir compte des symboles liés à cet hôpital et ignorer les désirs de milliers de citoyens (signataires d’une pétition) qui souhaitent que la Santé et l’Humanisme tiennent une part importante dans les projets bientôt soumis au choix des décideurs.

En lien avec le nom, à conserver absolument, les Lyonnais souhaitent pouvoir se retrouver physiquement et moralement dans ce qui sera le nouvel Hôtel-Dieu. Ils ne veulent pas le voir se refermer sur une occupation strictement privée, qui leur supprimerait l’accès à ce lieu.

Nous sommes persuadés que ceux qui planchent actuellement sur le sujet sauront tenir compte de ce profond désir de la population et trouveront un compromis apte à satisfaire les exigences de tous.

L’occasion est magnifique, il ne faut pas la manquer. Inquiétude ? Oui mais, malgré tout, espoir …


Annick Lioud

Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon