Journal RVL n° 137 - novembre 2011


Édito : 


Une tranche de vie


La RVL a eu 65 ans au mois d’octobre. Pendant cette longue période, elle aura connu 23 présidents qui, chacun à leur manière, ont marqué leur passage par les idées qu’ils ont voulu insuffler et les projets qu’ils ont mis en oeuvre.

Depuis 65 ans, elle s’est efforcée de prendre une place active dans la vie de la cité, au gré des évènements, en liaison avec les différentes municipalités qui en avaient les rênes.

Lorsque j’ai à présenter la RVL, je parle bien sûr des grands combats menés dans les débuts de la sauvegarde du Vieux-Lyon, mais j’insiste aussi sur un point qui me semble capital, à savoir sa vigilance, la force de ses propositions et son attachement à formuler une critique toujours positive.

Il lui a fallu une bonne dose de ténacité, voire d’opiniâtreté, pour faire valoir ses opinions et les valeurs auxquelles elle tient, tant sur le plan architectural, qu’humain ou sociétal.

J’ai tenté, pendant ces trois dernières années, d’apporter ma contribution à l’oeuvre de la RVL car je suis intimement persuadée que notre association a toujours une place à tenir et qu’elle représente des citoyens soucieux de leur cadre de vie et désireux de connaître le Patrimoine dans toutes ses composantes.

Répondre aux attentes de chacun n’est pas chose aisée et la flamme qui doit animer tous les bénévoles n’est pas toujours aussi rayonnante qu’on pourrait le souhaiter !

Mais la motivation est toujours là ; les moyens d’actions se diversifient ; nous devons nous adapter aux changements de fonctionnement à tous les niveaux ; il y a encore des « chantiers » à mettre en oeuvre, avec la collaboration de tous…

L’été indien nous aura donné toute l’énergie nécessaire pour entamer vigoureusement cette 66e année, une année d’actions, une année tonique.

Bon vent !


Annick Lioud

Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon