Journal RVL n° 143 - novembre 2014


Édito : 


50 ANS… ET APRÈS ?

Nous voici à la fin de cette foisonnante année 2014, centrée sur le  50e anniversaire du secteur sauvegardé : une fête, un film, un livre, deux expositions, un colloque…

Au travers de tous ces événements, nous avons voulu montrer que « sauvegarder », comme l’écrivit Malraux, était de notre responsabilité à tous.

Depuis la date du classement, le 12 mai 1964,  la société, les  modes de vies, les transports, le travail, mais aussi notre relation  collective au patrimoine ont été considérablement modifiés.

Dans le même temps, le patrimoine et les quartiers anciens sont  devenus des atouts, des éléments différenciateurs et attractifs. Ils sont  surtout devenus des éléments constitutifs d’enjeux économiques.

Mais, dans cette évolution mondiale et globale, il ne faudrait  pas que les quartiers historiques, ces secteurs sauvegardés - qui plus est labellisés ! - deviennent une variable d’ajustement dans la concurrence que se livrent les villes entre elles, c’est- à-dire qu’ils soient réduits à une marchandisation de ce qu’ils  évoquent : le passé, la belle architecture, etc.

Il ne faudrait donc pas qu’insidieusement, mais sûrement, on assiste, dans l’indifférence, à un phénomène de muséification ou de disneylandisation et, dans tous les cas, à la mort d’un quartier par destruction de l’équilibre entre habitants et usagers, un équilibre qui, même fragile, fait qu’un quartier est vivant.

On perdrait alors l’esprit  du lieu, l’atmosphère, le bien être ensemble, l’ambientismo de nos voisins italiens.

Formons le voeu que « ce précipité de réflexions et de relations d’expériences fasse sentir ses effets  dans la longue durée  » (Philippe Dujardin).

Or, tout cela n’a été possible que par la mobilisation enthousiaste  et généreuse d’un grand nombre de contributeurs et de bénévoles  et à la confiance que nous ont apportée la Ville de Lyon, l’État, la  Région Rhône-Alpes et le Département du Rhône. Qu’ils en soient tous ici infiniment remerciés. Durant cette année 2014, des pistes ont été ouvertes, un nouveau regard est apparu, des liens forts se sont noués, nul  doute que le demi-siècle à venir sera aussi palpitant !

Véronique Nether

Présidente de la Renaissance du Vieux-Lyon