AG RVL 2020


Vendredi 5 mars 2021 à 18h00



Commission Animations culturelles

Tous les membres de la commission ont été très impliqués et actifs durant cet exercice. Et ne manquent pas d’idées.
Les conférences du 4° trimestre 2019 et du 1° trimestre 2020 ont reçu un bel accueil pour leur diversité et l’intérêt des sujets :
  • -le 19 octobre : avec Jean-Pierre Martin : pour Auguste lumière, il n’y a pas eu que le cinéma dans la vie.
  • -le 9 novembre : avec Laure Chevalier Persod : Qui était vraiment Louise Michel ?
  • -le 14 décembre : avec Anne Pariente : dernières nouvelles de l’archéologie lyonnaise.
  • -le 18 janvier : avec Bruno Galland : visite de l’exposition : la Part Dieu, 800 ans d’histoire.
  • -le 1° février : avec Phillipe Carry : L’horloger de St Paul
Et depuis, nous programmons, et annulons, et reportons, covid oblige !
Nous sommes tristes, mais pleins d’espoir : les prochains projets que nous espérons voir se réaliser : le 19 juin, une journée aux confins du Forez, et du 24 au 26 septembre, notre voyage annuel, à Metz.
Et avec l’espoir du retour à une vie normale, vous retrouver tous, pour partager ces activités, avec encore un plus grand plaisir.

Dès que les conditions sanitaires le permettront, reprenons nos activité ensembles, encore plus nombreux.


Annick Bideau



Commission Communication

L’année 2020, avec les confinements, couvre-feux, distanciation sociale. n’a pas été propice à mettre en œuvre tous les travaux que la commission communication avait envisagés. Nous avons cependant continué à vous tenir informés de la vie de notre association à travers le journal, le site internet et notre revue de presse hebdomadaire.
 

Le journal

Nous avons assuré les deux parutions annuelles, la première en juillet dans laquelle était inséré notre communiqué de presse diffusé après le premier confinement et intitulé « Pas de retour à l’anormale dans le Vieux-Lyon ! ». La deuxième parution, fin décembre, mettait l’accent sur un document, élaboré par notre association, intitulé « Quel Vieux-Lyon en 2026 ? 57 propositions de la RVL » destiné aux nouveaux élus. C’est une démarche que nous faisons lors de chaque élection municipale et métropolitaine. Ce document, conçu au terme d’une réflexion collective a été réalisé par l’équipe communication. Il sert de base aux rencontres avec les responsables des collectivités locales et des nombreux partenaires de la RVL.

Le site Internet

Tout au long de l’année, il a été mis à jour presque quotidiennement, et vous pouvez notamment retrouver les deux articles cités précédemment : le communiqué de presse et le document destiné aux élus ainsi que de nombreuses actualités concernant la vie de la RVL, la vie de quartier, et le patrimoine. Compte tenu de la parution semestrielle du journal, le site est un outil indispensable pour vous tenir informés de tous les évènements qui sont au cœur de notre association.
Pour nous retrouver : www.lyon-rvl.com. Nous sommes également présents sur Facebook pour relayer certaines informations, porter nos idées et assurer notre visibilité sur ce réseau social.

Communication RVL

Lors de notre dernière assemblée, nous vous faisions part de la création d'un petit groupe, constitué pour réfléchir à notre communication et à l’avenir de la RVL, avait défini un plan d’actions. Malheureusement, cette année écoulée, bien perturbée, ne nous a pas permis de les mettre en œuvre.
Néanmoins deux actions à mentionner :
Tous les nouveaux élus ont été destinataires de notre livre Sur le fil qui revenait sur 50 ans de secteur sauvegardé en regardant surtout en direction des 50 ans à venir et l’équilibre à trouver pour assurer la pérennité d’un cadre de vie comme celui du Vieux-Lyon.
En ce début de mandat électoral, nous avons accompagné nos vœux pour 2021 auprès de nos élus et partenaires en joignant une attention particulière sous la forme d’un mug en porcelaine au logo de la RVL provenant de Limoges. Opération de communication alliant soutien à un savoir-faire traditionnel et démarche éco-responsable en réduisant au minimum transport et emballage.

Livre RVL

A l’AG de 2019, nous vous avons présenté le nouveau livre « Lyon, un patrimoine en partage » édité à l’occasion du 20ème anniversaire de l’inscription du site historique sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est un beau livre, bilingue (Français/Anglais) – 160 page – 150 photos, vendu 27 euros. Par suite des confinements, donc fermeture de la RVL, et disparition des touristes dans le Vieux-Lyon, la vente de ce livre n’a pas atteint nos espérances. Nous avons un stock disponible à la RVL. Venez le découvrir (et l’acheter !) pour vous ou pour l’offrir.

Merci pour l’attention que vous m’avez accordée.

Jo Diop



Commission Éducation Jeunesse

La Commission Education Jeunesse a accueilli un nouveau membre en janvier dernier : NOEL TREPICCIONI.
Nous sommes donc à ce jour 6 animateurs pour faire vivre cette commission.
En rappel, les objectifs qui sont toujours présents à notre esprit quand nous élaborons une animation sont les suivants :
1. Concevoir des outils pédagogiques, pour éveiller de façon ludique la curiosité des enfants en matière de patrimoine et leur raconter l’histoire du quartier et plus largement de la ville.
2. Leur faire découvrir le patrimoine vivant du Vieux-Lyon en allant à la rencontre des artisans qui y vivent et y travaillent.

NOS ACTIONS ET REALISATIONS 2020

Dans le contexte si particulier de cette année 2020, notre activité s’est bien évidemment trouvée complètement perturbée. Les deux confinements que nous avons vécus et les règles sanitaires nous ont contraint à l’annulation de la totalité de notre programmation du premier semestre 2020.
Voici, pour mémoire, le détail de notre catalogue :
  • JEU DE PISTE DANS LE VIEUX LYON : Tout au long de ce jeu de piste ludique et interactif, les enfants sont amenés à développer leur sens de l’observation par la recherche d’éléments architecturaux sur les bâtiments. D’une durée d’environ 2 heures, cette animation se situe sur le quartier Saint Jean et, cette année, nous allons y intégrer une étape devant l’Horloge CHARVET.
  • BALADE DE PLACE EN PLACE SUR LA PRESQU’ILE : De la place Bellecour à la place de la République, les enfants partent à la découverte du riche patrimoine de ces quartiers. De façon ludique et dynamique, ils prennent connaissance de l’histoire des places et des monuments qui ponctuent ce parcours. Ainsi par exemple, nous faisons une halte place des Jacobins pour admirer en détail la belle fontaine et découvrir les 4 personnalités lyonnaises qui y sont représentées.
  • DECOUVERTE DU PATRIMOINE VIVANT CHEZ LES ARTISANS DU VIEUX LYON : la soierie avec la Maison BROCHIER et l’horlogerie avec Philippe CARRY, l’horloger de Saint Paul. C’est toujours avec un grand étonnement que les enfants découvrent l’élevage des vers à soie et son histoire ; ils ne restent pas insensibles également au son du coucou dans l’atelier de Philippe Carry !
En dépit de la pandémie, nous avons souhaité malgré tout adresser, comme tous les ans, notre mailing auprès des établissements scolaires publics et privés de Lyon Intramuros dès la rentrée de septembre.
C’est ainsi que l’Ecole DIOT (Lyon 6), nous a sollicité pour réaliser 3 balades en presqu’ile dans le courant du mois d’Octobre. Ces animations même peu nombreuses se sont déroulées dans d’excellentes conditions et à la satisfaction des enseignants.
Ce fut, pour nous aussi, un grand plaisir de renouer le contact avec les enfants.

QUELQUES ELEMENTS SUR NOS REALISATIONS

A présent, voici quelques éléments chiffrés de notre activité depuis 2018 date de la réactivation de notre commission.
Ainsi, sur un total de 33 classes, nous aurons accompagné 866 enfants ;
- La répartition entre Public et Privé s’établit à 70% privé et 30% public
- La répartition des animations est à l’avantage du jeu de piste mais nous avons bon espoir que les balades en presqu’ile et les visites d’artisans maintiennent leur développement car elles ont rencontré un grand succès auprès des enseignants et des enfants.

PREVISIONS 2021

Comme vous pouvez le constater, dans ce contexte actuel, quelques animations sont tout de même prévues en 2021 sur les mois de mars et avril. C’est un redémarrage qui, nous l’espérons, sera accompagné par d’autres demandes d’établissements qui nous sont habituellement fidèles. Il faut y croire !

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier tous les membres de la commission pour leur dynamisme et leur disponibilité sans oublier LAURENCE pour la logistique !!
Un grand merci également Philippe CARRY (l’Horloger de St Paul) et Mr LEONARDI de la Maison Brochier pour les animations à venir, ce sera un grand plaisir pour nous de les retrouver en 2021 !
Pour conclure, parmi les objectifs mentionnés en début de ce rapport, il faut en rajouter un : rester positifs en ces temps difficiles !!!

Merci pour votre attention !

Monique Ferret



Commission Lyon Patrimoines

Plusieurs réunions n’ont pu avoir lieu durant le premier confinement. Elles ont eu lieu en visioconférence à partir du second.
Principaux sujets traités :

Secteur Cusset la Soie

Dossier présent tout au long de l’année
L’idée de créer un lien entre le Carré de Soie et l’histoire industrielle lyonnaise remonte à plusieurs années. Dans les années 2009 et 2010, les études avaient été très poussées et avaient abouti à des documents présentant des pistes d’action préfigurant déjà une sorte de SPR (cette protection n’existait pas à l’époque). Le Grand Lyon, l’Agence d’urbanisme et l’Université s’étaient fortement impliqués sur ce dossier. Tout cela est malheureusement retombé suite à des changements de personnes et à un manque de dialogue entre les municipalités de Villeurbanne et Vaulx en Velin.
Entre 2014 et 2016, une association de préfiguration (Dentelles vivantes, Vive la Tase, Usine sans fin) avait vu le jour mais elle s’est délitée sans véritable résultat.
A la fin de l’année, la commission a repris le dossier en mains. Jean-Paul Masson, membre de la commission, a contacté le Rize de Villeurbanne pour organiser une réunion d’ « experts » afin de présenter aux élus concernés par le SPR souhaité, un argumentaire scientifique permettant d’étayer la demande de création du SPR.
 On a appris que la Métropole avait missionné le cabinet Archipat sur ce dossier.
Fin décembre, le président de la RVL a adressé un courrier à la responsable de l’urbanisme de la Métropole, à la maire de Vaulx en Velin et au maire de Villeurbanne pour leur confirmer le souhait de l’association de voir protégé par un SPR l’ensemble Cusset la Soie, successeur moderne de la Fabrique et des canuts.

Statue de Soufflot

Le projet est d’évoquer le personnage de Soufflot, architecte d’une partie de l’Hôtel-Dieu sous forme d’une statue personnalisée comme cela se fait dans de nombreuses villes de France et du monde devant le bâtiment. Le financement n’est pas le principal problème qui est plutôt de savoir où, avec quelle autorisation et qui l’entretiendra. Le projet, évidemment interrompu par les élections municipales, n’a guère avancé. Des informations ont été prises auprès d’autres municipalités ayant installé des statues de personnages célèbres dans l’espace public.

Croix-Rousse

Une séance entière a été consacrée à des projets en cours ou envisagés à la Croix-Rousse. Les différentes alertes ont été examinées par la commission et des courriers ont été adressés si les risques s’avéraient réels.

Petit Perron

Martine Dupalais a alerté sur le devenir du Petit Perron et sur les intentions de la fondation Renaud, propriétaire des lieux. Idée d’y installer un centre de ressources des Maisons des champs.

Philippe Paillard




Commission Vie de Quartier

Bonjour toutes et tous,
Le renouveau continue par l’accueil, en 2021, de 3 nouveaux membres, habitant Saint-Jean et Saint-Georges.

La R.V.L. est un comité d’intérêt local, et défend la qualité de vie des habitants dans le Vieux-Lyon. Elle est donc membre de l'U.C.I.L. (Union des Comités d'Intérêt Locaux de Lyon).
L'une de nos multiples missions est d’être à l’écoute et d’informer les habitants du Vieux-Lyon (de l’Homme de la Roche au quai des Étroits). Nous participons le plus possible aux réunions de concertation ou d'information.

Nous sommes en relation avec les associations des trois quartiers (St. Georges, St. Jean et St. Paul). La R.V.L. a une action globale et diversifiée. Chaque association joue son rôle avec ses propres missions et objectifs.
Nous sommes attachés à la Maison des associations, projet associatif depuis 38 ans (gérée par la M.J.C., Maison pour Tous du Vieux-Lyon).

Nos démarches, interventions, courriers et courriels concernent les incontournables : la propreté, le bruit, la voirie, la circulation, les pavés, le stationnement, la sécurité, les espaces verts, les terrasses, les petits travaux, le « vivre ensemble », etc... Les dossiers avancent, parfois lentement, mais il faut rester vigilants.

• Contacts avec les élus de la mairie du 5e arrondissement :
1. Notons qu’une nouvelle équipe d’élus s’est mise en place en milieu d’année 2020.
2. Nous (le président, Yves Neyrolles et moi-même) avons déjà eu des réunions, rencontres et échanges pour traiter des dossiers.
3. Nous espérons et sommes dans l’attente de plusieurs réunions de travail :
- pour l’état des lieux des petits travaux 2019 et 2020, échéancier, demandes, et projets sur 2020 – 2021
- pour le dossier "terrasses du Vieux-Lyon" qui nécessite une vigilance particulière. Le plus vite possible, pour faire le bilan et l’analyse de l’année écoulée, afin d’améliorer la saison 2021. Attention, quelques cas «pourrissent» l’ensemble. La tolérance exceptionnelle due à la sortie de confinement, ne doit pas devenir la règle !
4. Exemples de travaux :
- réalisés : 3 sanitaires quai de Saône, la piste cyclable du quai Fulchiron.
- prévus (mais en panne) : silos à verres Doyenné, quais Romain Rolland et Pierre Scize.
5. Les stationnements vélos et 2 roues motorisés (hors zone piétonne), vont encore augmenter.
6. Les très nombreux désordres (les lattes par exemple) de la place Duquaire, et du parc de stationnement Saint-Jean préoccupent.
7. Les habitants et les associations ont besoin d'une information directe, de la mairie du 5e pour : la gestion des arbres (sujet sensible), les travaux de voirie, etc...

• Les bâtiments, en cours d’évolution et/ou de restauration, par exemple :
1. On a toujours oublié de repeindre la grille d'accès à la bibliothèque du 5e pour qu’il y ait une véritable harmonie avec l’autre grille, restaurée et réalisée de manière remarquable, il y a quelques années.
2. Nous rêvons encore d’un projet de reconversion à la hauteur de la qualité de l’architecture et de l’histoire du Groupe épiscopal ? (cad. ensemble du Palais Saint-Jean, jardin archéologique, Maison du Chamarier).
3. En complément de toutes ces brèves, vous pouvez lire les dossiers du journal et/ou consulter le site internet de la RVL (www.lyon-rvl.com).

• Quelques unes de nos réflexions :
1. L’espoir de la signature d'une convention "cour/traboule" pour l'impasse Turquet. (en pause depuis 2018)
2. Nous suivons le dossier d’une proposition de replanter 2 arbres, place Saint-Jean (à relier avec le sujet suivant).
3. Une réflexion sur la végétalisation du Vieux-Lyon est en cours.
4. Les 3 défibrillateurs ne sont presque que dans des lieux fermés la nuit (attention pas d’infarctus après 19h).
5. Le « collectif Gerson » que nous avions accompagné, s’est mué en association « Vivons Gerson ». Ils ont proposé, à la ville de Lyon et à la Métropole, un réaménagement du délaissé sur la place Gerson
6. Les restrictions sanitaires actuelles nous montrent, au moins, 2 choses :
Le risque économique lié à la forte monoactivité d’un quartier (restauration)
La qualité de vie « nocturne » liée à la fermeture des établissements (test grandeur nature très positif).

• Le Vieux-Lyon et ses zones piétonnes
Le pavage du Vieux-Lyon date de 1978, il est très dégradé.
Sa réfection, depuis 2018, a démarré par 3 tranches. Le résultat est, à ce jour, décevant.
La tranche (place neuve et une partie rue du Bœuf) prévue pour 2020 non réalisée, est-elle confirmée pour 2021 ?

• L’union fait la force, exemple :
- le dossier « accès et circulation dans le secteur piétonnier »..Après une concertation réussie, peut-on espérer la finalisation et que la réglementation soit respectée ?
- le collectif contre la fermeture partielle et/ou la réduction des horaires du bureau de Poste du Vieux-Lyon.

• En marge du dossier "Rives de Saône", le long du Vieux-Lyon.
Nous sommes préoccupés par la rue de la Baleine, qui est une porte d'entrée du Vieux-Lyon, avec le stationnement des cars de tourisme. : (rue étroite, terrasses, propreté,…) Le passage piétons, sur le quai, pourrait être repensé ainsi que l’emplacement des containers de verre.

• Rêves ou réalités ? Vous nous connaissez, nous sommes un peu tenaces… !
1. Va-t-on retrouver le nom historique de la "place St-Georges"
2. Voir revenir, à Saint-Georges, un morceau des barques découvertes sur l’ancien port Sablet (parc Saint-Georges).
3. Le plan axonométrique, devant la station métro Vieux-Lyon est trop peu entretenu, ni mis en valeur.

• Après avoir a fêté le 70e anniversaire de la RVL, le 50e anniversaire du premier secteur sauvegardé de France et le 20e anniversaire de l’inscription du site historique de Lyon au patrimoine mondial de l’Unesco, la commission Vie de Quartier est attentive au fragile équilibre, entre la qualité de vie des habitants du Vieux-Lyon et la fréquentation touristique (sur le Fil).

• Avec les dossiers Vieux-Lyon 2000, 2010, 2013 et 2020 : la RVL a montré son fort potentiel prospectif.
« Quel Vieux-Lyon en 2026 ? » est aussi pertinent et donc s’inscrit dans la continuité.

• Nous avons souvent abordé le sujet des identitaires qui perturbent et déstabilisent le quartier.
La RVL s’est mobilisée de différents façons, notamment en participant à « Vieux-Lyon en Humanité ».
Nous remercions tous les élus et les associations qui ont su se mobiliser et prendre des décisions courageuses.

• J’aurai pu aussi parler de : ligne de métro E, AMAP, musiciens de rue, trottinettes, loi LOM, charte de la vie nocturne, façades sans crépis, matinée nettoyage autocollants, tri sélectif, fluidité piétons rue Saint-Jean, dernier Km pour les livraisons, 50e anniversaire MJC Vieux-Lyon, etc.

• La commission vie de quartier, une des missions essentielles de la RVL, a toujours besoin de se renforcer. Certains dossiers peuvent paraître récurrents, mais il faut les étudier et les traiter.

• Venez nous rejoindre, le 1er lundi du mois… 

MERCI pour votre attention,

Georges Guerrier



Rapport d’activité secrétaire 2020

Sans originalité, je vous dirai que l’année 2020 a été particulière. Elle avait pourtant bien commencé, avec l’organisation de conférences et des projets de programmation culturelle.
C’était le démarrage d’une nouvelle année d’animation de l’association qui se mettait en place : la programmation des réunions des commissions et du travail d’organisation et de suivi, le partage de l’activité des bénévoles, les visites de passionnés, d’étudiants ou de professionnels venus consulter nos archives.
La perspective de l’élection municipale et métropolitaine et le renouvellement du travail qui s’en suivrait étaient aussi le signe d’échanges passionnants et fructueux.
  • Comme chaque année, en plus de mon travail d’animation, je me suis consacrée à des tâches plus administratives, un peu de comptabilité, et une partie de la communication de l’association à travers le site Internet ou la revue de presse que les adhérents attendent chaque fin de semaine.
J’accompagne également le président dans les projets soutenus par la RVL et notamment pour cette année, la constitution du dossier Vieux-Lyon 2026 destiné aux nouveaux élus, mais aussi : l’hommage à Régis et Annie Neyret, l’aide au petit patrimoine, la végétalisation, et bien d’autres sujets encore que Frédéric Auria va vous détailler dans quelques minutes.
  • Et puis une pause est venue stopper net ce bel enthousiasme pendant 2 mois.
Une pause relative car, si je n’étais plus rue St-Jean, notre association continuait à veiller au patrimoine et au cadre de vie des habitants et je faisais, à distance, le maximum pour continuer à travailler. L’élaboration d’un communiqué de presse est également venue réveiller les échanges au sein du Bureau pour peser chaque mot afin de traduire notre pensée et d’exprimer au mieux nos propositions.
Mi-mai, retour à une vie active avec précautions, pour relancer les projets, faire connaissance avec les nouveaux élus et se projeter dans l’avenir.
  • Si je vous présente aujourd’hui le travail de secrétaire de la RVL, j’occupe aussi une part de mon temps à assurer le secrétariat de l’UCIL (Union des Comités d’Intérêts Locaux). Un grand changement est intervenu à l’UCIL au mois de septembre, Denis Eyraud, président depuis une vingtaine d’année, a laissé la place à un nouveau président, Bertrand Jabouley.
J’en profite pour remercier tous ces présidents que j’accompagne avec beaucoup de plaisir et qui m’apportent aussi beaucoup.
  • La fin d’année 2020 a été encore une fois perturbée et nous a empêchés d’organiser notre assemblée générale en novembre comme d’habitude. Une fois n’est pas coutume, nous sommes donc rassemblés aujourd’hui derrière nos écrans.
Enfin, je voudrais revenir sur les mugs que nous avons offerts à certains d’entre vous et qui ont provoqué une avalanche de remerciements qui nous a fait très plaisir.
  • Malgré ces mesures un peu contraignantes depuis quelques mois, je suis à la disposition de vous tous, adhérents ou partenaires, pour vous renseigner et vous accueillir quand vous le souhaitez et faire le lien avec les membres du Bureau et nos administrateurs.
Et pour finir, je vous confierai que je suis pleine d’espoir pour 2021 dans le fait que nous retrouverons prochainement un fonctionnement « normal » à la Renaissance du Vieux-Lyon.

Merci.

Laurence Ordan

2) Rapport financier 2020

Je vous présente le rapport financier sur les comptes annuels clos le 30 septembre 2020 et qui présentent un déficit de 7 072€.


Analyse du compte de résultat :


DETAILS SUR LES RESSOURCES D’EXPLOITATION DE LA RVL :

  • -Les ventes ont augmenté, avec la vente du livre « Lyon, un patrimoine en partage » pour 7 324€.
  • -la production vendue baisse de 70 % : si les cotisations restent stables à 7 510€, la crise sanitaire a fortement perturbé les animations : conférences, visites et voyages annulés et reportés depuis mars 2020, ce qui explique en majeure partie le déficit constaté cette année.
  • Le bilan financier de la commission animation voyage s’effritait déjà d’année en année, comme expliqué lors de la précédente assemblée générale de 2019. Nous espérons reprendre nos activités, dont les ressources permettent d’équilibrer les résultats en finançant les frais fixes incompressibles.
  • Les subventions ont baissé de 2 500€. Avec toujours un grand remerciement à nos partenaires, la Ville de Lyon pour son soutien constant 5 336€ par an, et à la Métropole qui contribue à notre budget à hauteur de 2 500€ cette année.
  • La participation Ucil à nos frais fixes reste stable à 13 700€.
  • Un matériel informatique PC a été financé pour 2 016€ sur le legs de Madame Fouilloux affecté au renouvellement du matériel.

DEPENSES D’EXPLOITATION :

  • -elles ont baissé de 14 %, essentiellement sur le poste voyage et déplacement, lié aux conférences, journées d’étude et voyage annulés.
  • -le coût du stock du livre « Lyon, un patrimoine en partage » s’élève à 7 203€. A comparer au prix de vente de 7 324€, il apparaît une incohérence, peut-être des livres offerts, ou vendus en série à très faible marge. Une recherche est en cours sur ce poste.
  • -Les achats et charges externes (charges fixes d’entretien, assurance, télécommunication…) varient un peu : électricité et affranchissements en hausse.
  • -Les dépenses de journal sont en baisse.
  • -une provision de 1 400€ est reconduite pour finir notre site internet, aussi bien l’ergonomie de consultation pour les visiteurs et adhérents, mais également faciliter en interne les mises à jour.
  • -Les salaires nets stables et charges sociales en baisse en raison des taux de cotisation en baisse.

Analyse du bilan : total du bilan 374 504€

  • -A l’actif du bilan : le stock de livres pour6 526 €, le troisième trimestre du la convention UCIL restant à encaisser pour 3 733€.
  • Le Leg de Madame Fouilloux a été placé dans l’attente de son utilisation : 100 200€ en parts sociale de nos établissements bancaires, 138 000€ en comptes à terme, 118 149€ en livrets.
  • -Au passif, les capitaux propres (réserves associatives + résultat de l’exercice) s’élèvent à 66 022€.
  • -les fonds dédiés, solde du leg de Madame Fouilloux à utiliser pour 304 490€
  •  Les dettes site internet et charges sociales s’élèvent à 2 586€ (réglés sur le prochain exercice), et les produits d’avance (voyages et conférences annulés à rembourser) s’élèvent à 1 406 €.

3) Rapport moral 2020

Quelle drôle d'époque, où on se retrouve à faire le rapport moral d'une année de... 15 mois !

Année où même les commissions se réunissant avec la régularité d'une horloge (avec ou sans Guignol...) le premier ou le deuxième lundi de chaque mois allaient déroger à cette règle !

  • Tout avait pourtant commencé normalement, en décembre 2019, avec de beaux projets en perspective grâce au legs de Mme Fouilloux...
  • Une bonne surprise nous attendait le 16 décembre : le Trophée du Tourisme de la meilleure valorisation du patrimoine nous a été remis, avec un hommage à Annie et Régis Neyret qui nous avaient quittés au cours de l'année.
  • Vernissage de la première étape du renouveau du Musée Gadagne, accueil d'un journaliste japonais pour le 8 décembre, participation à la commission locale UNESCO... sans oublier l'accueil d'habitants, d'étudiants, d'architectes, de journalistes... et le contact permanent avec les services du patrimoine et de l'urbanisme de la Ville ou l'UDAP : la ruche RVL tournait à plein régime.
  • Comme l'an dernier pour le nœud ferroviaire lyonnais, nous avons suivi de près les études autour de la possibilité d'une ligne E de métro, en étant présents lors de certaines des nombreuses réunions de travail.
  • En janvier 2020, les cérémonies de vœux se succédèrent, les rencontres avec les partenaires, élus ou techniciens de la Ville se poursuivirent, avec une inquiétude sur les agissements de groupuscules d'extrême-droite, mais surtout des espoirs dans l'organisation de Vieux-Lyon en humanité.
  • En interne, une réflexion sur la communication de notre association nous a menés à nous interroger sur les valeurs de la Renaissance du Vieux-Lyon, et sur la meilleure façon de les faire connaître.
  • L'idée de l'installation d'une plaque rappelant où Annie et Régis Neyret avaient habité place du Change et la recherche d'une voie à laquelle donner leur nom progressaient...
  • Février et mars nous ont permis de tenter d'en savoir plus sur notre généreuse donatrice France Fouilloux grâce à l'intérêt accordé par la presse, et de faire connaître l'existence de notre subvention pour le petit patrimoine...
  • Mais surtout, à la veille du premier tour des élections municipales et métropolitaines, nous avons rencontré les différents candidats, du moins celles et ceux respectant la mixité sociale et culturelle qui fait la richesse de notre ville. Le dossier Quel Vieux-Lyon en 2026 ? n'était alors pas encore finalisé (mea culpa), mais nous en avancions les différents éléments, avec la satisfaction de voir reprises des propositions que la Renaissance du Vieux-Lyon porte de longue date.
  • La Renaissance du Vieux-Lyon, elle-aussi, a évolué dans ses positions, incluant le fruit d'un travail de plusieurs années sur la végétalisation du centre historique, partie de deux arbres place Saint-Jean dont on retrouve la trace dans des documents d'archive, et prenant en compte les enjeux d'une transition écologique indispensable face au changement climatique.
  • Notre participation aux ateliers du patrimoine (dont nous attendons avec impatience la reprise) nous permet d'être au fait des dernières restaurations, et riches de nos discussions des spécialistes et des techniciens dans différents domaines, pour faire avancer nos idées, par exemple au SYTRAL pour la ficelle St Paul – Fourvière, ou à Lyon Parc Auto pour la livraison du dernier kilomètre, nos échanges avec les candidats sont toujours très fructueux.
  • Nos rencontres avec les candidats commençaient invariablement par la même mise en garde, sur la fragilité du quartier et sa mono-activité basée sur les loisirs, et surtout les métiers de bouche... Nous invitions nos interlocuteurs à imaginer une catastrophe entraînant la fermeture de ce type de commerce...
Quelle ne fut pas notre stupeur quand ces craintes de rues désertes devinrent réalité !
  • Nous sautèrent alors aux yeux les dégâts que le développement mal maîtrisé des logements touristiques avaient faits : explosion des prix de l'immobilier, baisse du nombre d'habitants, et disparition des commerces de proximité ! Une réaction s'impose, et nous le fîmes savoir par un communiqué de presse demandant la préemption de rez-de-chaussées commerciaux pour implanter des locomotives commerciales, et par l'application de la réglementation en matière de logements touristiques. La presse s'en est fait l'écho.
  • Pour consoler celles et ceux qui ne pouvaient plus fréquenter le Vieux-Lyon, nous nous efforçâmes de vous donner quelques nouvelles, et surtout de vous envoyer quelques images, publiées sur notre site Internet et sur notre page Facebook. Car notre ambition n'est absolument pas de garder pour nous les beautés du cœur historique de la ville, mais bien de les partager avec le plus grand nombre, tout en trouvant un équilibre permettant à chacun d'y trouver son compte.
  • Alors que se terminait le confinement le plus strict, la maire du 5è arrondissement m'a demandé de présider un groupe de travail dédié au patrimoine et au tourisme. J'ai tenté de réunir le plus grand nombre possible d'acteurs de ces domaines pour faire émerger des propositions concrètes susceptibles d'être applicables dès la fin de la crise sanitaire, afin d'avoir mis à profit cette pause imposée pour mieux vivre « l'après ». Parallèlement, Georges Guerrier était présent dans le groupe sur la mobilité, les déplacements et l'urbanisme tactique. L'organisation du second tour des élections n'a pas permis de mener ce travail totalement à son terme.
  • Tous les domaines font l'objet d'une réflexion de fond, le tourisme plus que tout autre, comme nous avons pu le voir lors de l'assemblée générale et des conseils d'administration et réunions extraordinaires organisées par l'office du tourisme dont nous sommes administrateurs. Et nos projets internationaux ont connu un coup d'arrêt dont ils ne se sont pas remis, comme notre projet de voyage en Moldavie, ou l'organisation de rencontres avec le monde la soie en Tunisie.
  • Avant un semblant de retour à la normale avec une Myrelingue très francophone pendant l'été, notre contribution à l'installation des nouveaux exécutifs fut d'adresser à tous les nouveaux élus ayant une délégation notre livre Sur le fil, … et notre journal de juillet !
  • Le mois de septembre, avec le maintien du forum des associations et des Journées Européennes du Patrimoine, aurait pu nous faire croire à un semblant de retour à la normalité... mais la prudence nous conduisit à réunir les commissions en visioconférence et la plupart à rencontrer les étudiants... par téléphone !
  • Mais surtout, si le contact avec les nouveaux élus de la mairie du 5ème arrondissement a immédiatement été établi (avec une visioconférence et une visite sur le terrain), le télétravail nous a obligés à échelonner jusqu'à aujourd'hui la rencontre avec les nouveaux élus de la Mairie centrale et de la Métropole, pour discuter avec eux des propositions contenues dans Quel Vieux-Lyon en 2026 ?.
  • Un grand changement à signaler chez l'un de nos partenaires majeurs, dont nous sommes membres, avec qui nous partageons les locaux 50 rue St Jean, et dont le secrétariat est assuré par Laurence : Denis Eyraud quittait la présidence de l'UCIL, remplacé par Bertrand Jabouley, qui est loin d'être un inconnu pour nous !
  • La situation sanitaire a entraîné l'annulation de l'atelier du patrimoine, nous obligea à repousser notre assemblée générale, … mais ne nous empêcha pas de rencontrer quelques partenaires (SACVL, SYTRAL, VNF), de visiter des lieux en cours de restauration (Maison du Chamarier) ou qui en auraient bien besoin (Palais Saint-Jean), de recruter de nouveaux membres aussi : car c'est la bonne nouvelle de cette année 2020, de nouveaux membres ont rejoint la commission vie de quartier et la commission communication, nous leur souhaitons la bienvenue, et vous pourrez très bientôt constater ce qu'ils nous apportent, en particulier sur Facebook.
  • Vous avez déjà entendu parler de l'envoi des mugs en porcelaine décorés de notre logo près de Limoges aux différents élus et partenaires courant janvier, mais le début de l'année 2021 est aussi marqué par la très mauvaise nouvelle de la fermeture partielle de la poste de Saint-Jean, qui nous met très en colère, et va nécessiter notre mobilisation dans les temps qui viennent (pour suivre nos actions, consultez le site Internet dans les actualités de la vie de quartier).

  • Ce que je retiendrai pourtant de cette période, c'est une frénésie due à la reprise de bien des choses arrêtées par le coronavirus au printemps précédent :
1) Nous étudions les devis pour réaménager le local de la Renaissance du Vieux-Lyon et mieux vous accueillir,
2) Les premiers dossiers de demande pour notre subvention pour le petit patrimoine arrivent et touchent des éléments tout à fait emblématiques de notre quartier, avec la restitution d'une façade en bois rue St Jean, de belles portes rue des 3 Maries, et même peut-être les 3 Maries et le bœuf de la rue du bœuf !
3) Le projet d'archives sonores pour conserver la mémoire du Vieux-Lyon de la deuxième moitié du XXème siècle prend forme,
4) Des rendez-vous importants sont prévus à propos du patrimoine de l'est lyonnais...

  • Hormis pour la commission animations culturelles, qui est la plus touchée, nous faisons face, reprenons nos activités autant que possible, apprenons à vivre avec le virus, en organisant même une assemblée générale en visioconférence, avec un vote sur Internet, et en retissant notre réseau à distance, avec les différents acteurs de notre ville et la presse, tout en attendant avec une grande impatience la reprise des rencontres en présentiel !
  • Enfin, je ne peux terminer ce rapport moral sans exprimer toute ma gratitude à Laurence Ordan, et aux nombreux bénévoles, dont certains ne sont pas loin d'effectuer un « temps plein » depuis de nombreuses années, ce dont je ne pourrai jamais suffisamment les remercier : c'est grâce à eux/vous tous que notre association est aujourd'hui ce qu'elle est, pleinement insérée dans le réseau qui fait notre ville !
  • Peu d'associations peuvent s'enorgueillir d'un travail d'une telle qualité, fourni par un aussi grand nombre de commissions, sans oublier les « petites mains » toujours prêtes à venir mettre sous pli, aider à la mise en place d'un buffet (souvenirs...), etc.

Frédéric Auria

4) Bénéficiaires de la cotisation à 12 € 

Bénéficiaires de la cotisation à 12 € (jusqu’ici « étudiant, personne âgée du quartier ») : Doit-on ajouter « chômeur, allocataire du RSA » ? 

5) Élection au Conseil d'administration (pour 3 ans)

5 Renouvellements (R) 

  • Auria Frédéric
  • Berger Georges
  • Dupupet Michel
  • Lefait Emmanuel
  • Paillard Philippe

4 Nouveaux (N)

  • Borg Florian
  • Francou Jérôme
  • Godefroy Delphine
  • Trepiccioni Noël

6) Rapport d'orientation

La Renaissance du Vieux-Lyon peut aborder avec sérénité mais dynamisme cette dernière et courte année de mon mandat de trois ans à la présidence de l'association (si le conseil d'administration dont vous renouvelez certains membres lors de cette assemblée générale choisit de me réélire le 11 mars prochain!). Grâce au legs de Madame France Fouilloux, bien des choses qui seraient restées au stade de souhaits pourront se réaliser :
  • Dans la continuité de l'action des décennies écoulées, le cap est fixé dans ses grandes lignes par les propositions concrètes du dossier Quel Vieux-Lyon en 2026 ?.
  • Les liens sont renoués avec les nouveaux élus à tous les niveaux, et n'ont jamais cessé d'exister avec les techniciens que nous connaissons et qui nous connaissent de longue date.
  • Plusieurs d'entre nous se forment pour préparer la révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Site Patrimonial Remarquable, puisque nous siégerons à la commission locale de Lyon des sites patrimoniaux remarquables, et porterons en particulier l'idée d'une extension de son périmètre.
  • Nous participerons autant que possible à l'élaboration d'un nouveau plan de gestion du Site historique inscrit sur la Liste du patrimoine mondial par l'UNESCO.
  • Les personnes qui nous ont rejoints au sein des commissions vont nous permettre de mieux vous informer sur nos actions.
  • Notre représentativité sur le quartier est accrue par le nombre de participants à la commission vie de quartier, témoignant ainsi que le Vieux-Lyon est bien riche de ses habitants.
  • Nous vous reproposerons dès que possible conférences, signatures, visites et voyages...
  • Sans quitter notre attache historique, nous regardons plus que jamais vers l'est, suivant le sens du développement de notre ville reconnu par l'UNESCO.
  • Notre aide pour le petit patrimoine va inciter à la restauration d'éléments dont vous aurez la primeur dans nos publications, les premiers dossiers sont enfin déposés...
  • Nous préparons l'avenir en sensibilisant de plus en plus d'élèves de primaire au patrimoine, les premiers jeux de pistes sont prévus pour ce mois-ci et se termineront... à 11h devant l'horloge Charvet !
  • Nous ferons très bientôt appel à vos témoignages, car nous sommes heureux d'avoir recruté une stagiaire pour constituer les archives sonores de la mémoire du Vieux-Lyon !
  • Une autre stagiaire va dessiner le projet d'une Maison UNESCO, lieu polymorphe qui manque à notre ville et dont vous entendrez parler dans les mois qui viennent.
  • Des contacts ont été établis avec Montréal à propos d'une expérience lumineuse dans l'une des églises de Lyon.
  • Le haut du quai de Bondy et du quai Romain Rolland va s'appeler très bientôt « Promenade Annie et Régis Neyret », et nous avons l'ambition, avec Michèle Neyret, d'y installer un banc avec la statue d'Annie et Régis regardant leur Vieux-Lyon.
Les projets ne manquent pas, ils ne sont pas tous listés, mais une association est avant tout riche de ses adhérents, et de celles et ceux qui y donnent de leur temps : faites-nous connaître autour de vous. Et je ne peux que vous encourager à rejoindre nos commissions si vous souhaitez mettre vos compétences au service de notre quartier et du patrimoine.
Je vous remercie par avance de votre confiance,

Frédéric Auria