Mystère au parking Saint-Georges 


Novembre 2020

Un objet énigmatique est mis en valeur magnifiquement éclairé sur le passage des usagers du parking St-Georges au niveau -1. Il s’agit d’un bloc de pierre noire avec une inscription latine gravée, surmontée de sa traduction : « le noble seigneur Deville a posé la première pierre de cet édifice pastoral le vingtième jour du mois de novembre 1756 ».
Qui était ce seigneur ? Quel était cet édifice ? Où se trouvait-il ?
Après avoir consulté le Dictionnaire Historique de Lyon et celui de l’Académie et après avoir interrogé la Société d’Histoire de Lyon, nous pouvons dire :
  • que Nicolas François Deville était l’ingénieur en chef de la Généralité de Lyon (Lyonnais, Beaujolais, Forez) de 1740 à 1760, construisant des quais à Lyon et des ponts sur la Loire
  • qu’il a commencé la construction de l’édifice pastoral, un abreuvoir pour les chevaux sur la rive droite du Rhône près du pont Morand
  • que la première pierre s’est retrouvée à l’emplacement du parking actuel au XIX° siècle après la destruction de l’abreuvoir, toute pierre taillée représentant un prix non négligeable à l’époque.
Nous avons aussi appris que c’était le Musée Gadagne qui était en charge de cette pierre. Nous avons donc attiré son attention sur cette situation étrange et nous sommes persuadés qu’il complètera la traduction par les informations nécessaires, dans un délai raisonnable.
Mais nos découvertes ne s’arrêtent pas là. Car le seigneur Deville n’habitait pas très loin du lieu où se trouve aujourd’hui sa pierre gravée. Il était propriétaire de l’immeuble (1) qui a aujourd’hui les numéros 24 sur le quai Fulchiron et 59 rue St-Georges. Cette maison construite en 1670 avait un jardin qui allait jusqu’à la rive de la Saône. On y voit toujours malgré l’ascenseur, les voûtes en demi-berceau sur lesquelles repose l’escalier. Au milieu du XIX° siècle, des balcons vitrés ont été ajoutés entre les deux avant corps latéraux du côté de la Saône.
Après avoir cessé ses fonctions à la généralité, Nicolas François Deville devint Seigneur de Villeurbanne et Vaulx en Velin. C’est pourquoi, lorsqu’il mourut à St-Georges en 1770, il fut inhumé à Villeurbanne.
(1) On peut lire la page sur le 24 quai Fulchiron dans Histoire Architecturale et Urbaine de la Rive Droite de la Saône, Ecole d’architecture de St-Etienne, sous la direction de F. Martinuzzi et Nathalie Mathian, consultable à la Renaissance du Vieux-Lyon.