Le droit de préemption commercial*


Mardi 6 octobre 2020

Belle idée mise en oeuvre à Montbrison pour ramener un peu de commerce de proximité en centre-ville. 


Un exemple à suivre pour Lyon, en particulier le Vieux-Lyon ? 


Comment Montbrison déroule le tapis rouge aux commerces de centre-ville

Montbrison, dans la Loire, s'apprête à accueillir de nouveaux commerces : le chocolatier Pralus à l'automne, le poissonnier Robert en février succèdent à d'autres installations depuis le début de l'année. Un succès dû à une politique municipale très axée sur la sauvegarde du centre-ville.

Le droit de préemption commercial, un outil "pas coercitif, mais d'accompagnement"

En vigueur depuis le 7 août 2020, le droit de préemption commercial permet à la mairie d'être notifiée de tout nouveau projet d'installation de nature commerciale.
Il s'agit par exemple de cibler les secteurs où la mairie entend protéger le commerce et l'artisanat de proximité

Une attractivité appréciée par les commerçants montbrisonnais et leurs clients 

Côté commerçants, cette politique fait évidemment des heureux.
C'est bien cette offre élargie que vient chercher régulièrement une habitante stéphanoise
Les nouveaux arrivants se disent eux aussi ravis. 
Pour lire l'article complet de Céline Autin, 
France Bleu Saint-Étienne Loire, 
cliquer ici
* La notion de préemption commerciale regroupe les instruments d'intervention publiques attribués à l'État et aux collectivités locales (commune essentiellement) par la loi pour construire ou préserver des unités commerciales (ZAC, zones industrielles), notamment dans les centres-villes où à leur périphérie.
Dans les deux cas des équilibres sont à trouver car :
– en centre ville ces zones peuvent poser d'importants problèmes de voisinage (nuisances, pollution, pollution lumineuse, risque industriel, embouteillages, consommation de foncier freinant les opérations de ville renouvelée sur elle-même) ;
– excentrée ou en périphérie, certaines zones exacerbent les problèmes de transports (flux pendulaires, embouteillages, pollution, bruit, gaspillage de foncier utilisé par les parkings).
C'est l'objet de l'aménagement du territoire et de l'aménagement commercial en particulier de chercher les meilleurs compromis.