Journal RVL n° 153 - novembre 2019


Sommaire



❏ L’édito    p. 2  
de Frédéric Auria, président : 
L'année 2019...

❏ Patrimoine    p. 1 à 9
• Dossier : Le 10/12 rue Saint-Georges en beauté 
• GrandLyon Habitat restaure deux immeubles en secteur sauvegardé 
• Une villa Maïa plus rayonnante encore 
• Un nouvel élan pour Fourvière 
• Des pierres et des hommes : la Maison de l’Outarde d’Or 
• Régis Neyret 1927-2019

❏ La RVL et le Vieux-Lyon    p. 10 - 11
• JEP 2019 : habiter le patrimoine 
• Vieux-Lyon en humanité. An 2 
• De l’acacia… au lilas
• Art contemporain et patrimoine

❏ Entre-nous    p.12 à 14
• Le Mérite pour Annick Lioud 
• Du roman ou rien… pas tout à fait mais presque ! 
• Conférences, journée d’études et projet de voyage 2020

❏ À lire   p. 15

❏ Chronique du Père Craquelin p. 16

❏ Jeu  p. 16 

Édito : 


L'année 2019...

L’année 2019 aura été marquée par la disparition d’Annie et Régis Neyret. La Renaissance du Vieux-Lyon se sent orpheline. Le monde de la culture, du patrimoine, de la presse et de la solidarité, tous les responsables politiques leur ont rendu un hommage mérité.

La Ville de Lyon vient de donner leur nom au prix « Citoyens du patrimoine » et, bientôt, une plaque sera dévoilée là où ils ont longtemps habité, avant qu’une rue ou un quai ne complète l’hommage qui leur est dû. Le chemin qu’ils ont tracé continuera de nous inspirer.

Fiers de « notre » secteur sauvegardé et de « notre » site historique inscrit par l’Unesco, heureux qu’ils attirent autant de visiteurs et soient ouverts au monde, nous n’oublions pas qu’ils sont d’abord le cadre de vie de ceux qui y habitent.

Les contraintes rendent souvent les restaurations très coûteuses, ce qui conduit parfois à abandonner la reprise de certains éléments. C’est pour lutter contre la disparition de statues, heurtoirs et chapiteaux, contre la dégradation d’impostes et d’autres éléments décoratifs, qui constituent « l’esprit du lieu », que nous avons le plaisir de vous annoncer la création d’une subvention « petit patrimoine » afin d’encourager les propriétaires à entretenir ou à restaurer ces trésors. La Ville se tient à nos côtés pour faire connaître cette nouvelle aide financière qui provient du legs fait à notre association par Madame Lucienne Fouilloux, décédée en 2014, à qui nous sommes reconnaissants.

Plus que jamais, nous voyons en Lyon « un patrimoine en partage », avec nos contemporains comme avec ceux qui nous succèderont.

C’est ce caractère exceptionnel et universel de ce que les générations précédentes nous ont légué, et du soin que nous devons y porter dont veut témoigner notre nouveau livre : Lyon, un patrimoine en partage (voir page 15).

Feuille de route exigeante… 


Frédéric Auria
Président de la Renaissance du Vieux-Lyon